Renault et le Grand Prix de France unissent leurs forces

Le constructeur français devient partenaire de l'épreuve qui se disputera en juin prochain sur le Circuit Paul Ricard.

Renault et le Grand Prix de France unissent leurs forces

Tandis que le Grand Prix de France de Formule 1 va faire son retour au calendrier cette année, un accord de partenariat a été signé entre les organisateurs et Renault. Le constructeur français saisit là une occasion en or et plutôt logique de se mettre en avant, alors que ses activités en F1 sont déjà conséquentes, entre son engagement avec une écurie d'usine et la fourniture de moteurs clients à Red Bull Racing et McLaren.

En devenant partenaire de l'épreuve, Renault va s'assurer une visibilité importante sur le Circuit Paul Ricard tout au long du week-end du 24 Juin prochain. Le Losange aura notamment une tribune jaune, mettra à disposition une flotte de véhicules pour le circuit, et compte organiser de nombreuses animations dans la Fan Zone, principalement pour que le public puisse apporter son soutien à l'écurie tricolore. Des festivités pourraient également tourner autour du 120e anniversaire du constructeur.

"Le retour en France de la Formule 1 sera un moment fort pour les fans et tous les Français passionnés de sport et d’automobile", rappelle Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "Ce partenariat est une occasion formidable pour le Groupe Renault de montrer son attachement au sport automobile et son soutien au Grand Prix de France. Cet événement sera l’opportunité pour notre écurie de démontrer son ambition dans la discipline, et pour ses membres de montrer leur fierté de participer à leur second Grand Prix national comme c’est déjà le cas à Silverstone."

Un "mouvement français" en F1

Président du GIP Grand Prix de France et artisan majeur du retour de l'épreuve au calendrier, Christian Estrosi se félicite également de cet accord, et rappelle à quel point la France est présente dans la catégorie reine à l'aube de cette saison 2018.

"C’est aujourd’hui, avec notre écurie nationale, les directeurs sportifs français d’autres écuries, les trois pilotes français en compétition et toutes les personnalités françaises influentes de cette discipline reine, un véritable mouvement français qui se met en place en F1", estime celui qui est maire de Nice. "À moins de cinq mois, nous continuons à mettre tout en œuvre avec les équipes du Grand Prix de France et les collectivités territoriales du groupement d’intérêt public afin que les notes de la Marseillaise fassent vibrer, de la plus belle des manières, toute une région et tout un pays lors du départ le 24 Juin." 

Une Renault sur le Circuit Paul Ricard
partages
commentaires
Ferrari F1-2000 : à jamais la première pour Schumacher
Article précédent

Ferrari F1-2000 : à jamais la première pour Schumacher

Article suivant

Le Halo peut "soutenir le poids d'un bus londonien"

Le Halo peut "soutenir le poids d'un bus londonien"
Charger les commentaires