Renault, entre frustration de Hülkenberg et adieux de Palmer

L'écurie Renault rentre bredouille du Japon, au terme d'une épreuve où les points semblaient à portée, avant un problème pour Nico Hülkenberg.

L'Allemand était en effet en position de jouer les points, sur les talons de Felipe Massa et des Haas à l'abord de la dernière partie de course mais un problème avec son DRS en a décidé autrement et l'a obligé à un abandon frustrant. "C’était une journée frustrante", concède le numéro 27.

"De gros points étaient à notre portée. J’avais des supertendres pour un dernier relais très court. J’ai dépassé une Toro Rosso dans la foulée de mon arrêt avant de m’attaquer aux Haas. C’est dommage, mais un petit élément métallique du système DRS a cédé et l’a bloqué. Nous allons en étudier les raisons, car cela nous coûte une belle opportunité. Je suis convaincu que nous pouvons revenir. La voiture était assez bonne en conditions de course et il y en a encore beaucoup à venir de notre part sur les quatre derniers Grands Prix."

De l'autre côté du garage Renault, Jolyon Palmer disputait sa dernière course avec Renault. Parti 18e, le Britannique est remonté jusqu'au 12e rang, sur une stratégie décalée, offrant ainsi un final intéressant à sa relation avec le constructeur français.

"Nous avons eu une belle dernière course. Nous partions du fond de grille et je pense que nous aurions pu remonter en dixième place avec un tour en plus. La saison a été difficile, mais nous avons vécu beaucoup de choses avec l’équipe. J’étais présent depuis le début de cette nouvelle ère. Nous avons parcouru un bon bout de chemin ensemble. J’ai adoré. J’adresse à l’équipe tous mes vœux de succès pour l’avenir."

La fiabilité, faiblesse de Renault cette saison

Quant à Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport, il a tout d'abord tenu à adresser un message à Palmer : "Il s’agissait de la dernière course de Jolyon. C’était une course particulièrement difficile puisque les pénalités l’obligeaient à partir loin. Grâce à une bonne stratégie et une belle prestation de sa part, il a pu se hisser jusqu’à la sixième place avant de finir douzième. Sa performance démontre une fois de plus son professionnalisme et sa loyauté tout en offrant de beaux adieux à la famille Renault. Nous lui souhaitons sincèrement le meilleur pour la suite de sa carrière."

Puis à pointer de nouveau du doigt le manque de fiabilité du Losange qui place la firme en difficulté dans la lutte pour la cinquième place. "Nico n’était pas en reste avec un bel envol lui permettant de gagner des positions. La stratégie jouait en notre faveur, mais nous avons malheureusement dû l’arrêter définitivement peu de temps après son arrêt alors qu’il était bien placé. C’est très frustrant."

"La fiabilité a été notre faiblesse cette saison. Le bilan de ces deux courses consécutives est décevant puisque nous n’avons marqué aucun point. Le championnat constructeurs est extrêmement disputé et nous devons exploiter au mieux les quatre dernières épreuves de l’année. Nous allons nous regrouper pour bénéficier d’un regain de forme à Austin."

En conclusion, il met en avant le double podium du moteur Renault à Suzuka, grâce à Red Bull : "Je tiens à féliciter Red Bull Racing pour ce double podium. Ils ont été à nouveau très forts sur le Circuit International de Suzuka, une piste très sensible à la puissance du moteur. Cela démontre une fois de plus le potentiel et les capacités du bloc Renault le dimanche."

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Japon
Sous-évènement Course
Circuit Suzuka
Pilotes Nico Hülkenberg , Jolyon Palmer
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Réactions
Tags cyril abiteboul, suzuka