Renault veut placer ses jeunes dans ses équipes clientes

partages
commentaires
Renault veut placer ses jeunes dans ses équipes clientes
Par : Alex Kalinauckas
22 janv. 2018 à 18:30

Relançant son programme de jeunes pilotes avec la Renault Sport Academy début 2016, le Losange espérait dénicher la star de l'avenir, mais encore faut-il s'assurer que des baquets soient disponibles en Formule 1.

Arthur Rougier, Sun Yue Yang, Christian Lundgaard, Max Fewtrell, Jack Aitken, Victor Martins, Sacha Fenestraz
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1
Le poleman Jack Aitken, ART Grand Prix
Sacha Fenestraz, Carlin, Dallara Volkswagen
Christian Lundgaard
Max Fewtrell, Tech 1 Racing
Arthur Rougier
Victor Martins
Sun Yue Yang, Arden Motorsport
Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1 Team
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17

Cette académie se développe de plus en plus par ailleurs. Composée de quatre pilotes la première année – dont Oliver Rowland, qui a depuis lors intégré Renault Sport F1 Team en qualité de pilote de développement –, elle compte désormais sept membres.

Exit Jarno Opmeer et Marta García, dont les performances n'ont pas donné satisfaction en 2017 ; bienvenue aux tricolores Sacha Fenestraz, Arthur Rougier et Victor Martins, qui se sont tous trois illustrés la saison dernière, et qui rejoignent Jack Aitken, Max Fewtrell, Christian Lundgaard et Sun Yue Yang.

Dans l'absolu, leur trouver une place en Formule 1 ne sera probablement un problème qu'à long terme, car seul Jack Aitken se rapproche actuellement de la catégorie reine du sport automobile. L'Écossais-Coréen courra cette saison en Formule 2, lui qui s'est illustré par le passé avec deux titres en Formule Renault 2.0 (Eurocup et Alps) et est vice-Champion GP3 en titre. Les autres membres de l'académie sont encore loin de la F1, même si Sacha Fenestraz gravit les échelons avec une campagne de F3 Europe au programme.

Renault veut en tout cas prendre exemple sur Mercedes et Ferrari, la marque à l'étoile ayant permis à ses pilotes de courir chez Manor et Force India, tandis que le Cheval Cabré a placé Charles Leclerc chez Sauber pour la campagne à venir. Un schéma similaire pourrait toutefois s'avérer difficile à reproduire dans la situation actuelle, Renault fournissant ses unités de puissance à deux grandes structures qui ont d'ailleurs chacune leur programme de jeunes pilotes, Red Bull et McLaren.

"Nous devons être sûrs que le moment venu, si nous avons la bonne personne capable de faire ce qu'il faut, d'avoir ce qu'il faut, nous pourrons la mener en F1", déclare Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "À mon avis, ce qui est important, c'est comment exploiter notre activité de motoriste. Car par exemple, si l'on regarde ce que fait Mercedes, il y a un lien entre la stratégie de fourniture de moteurs et la stratégie de développement des pilotes."

"Dans notre cas, cela nous a aidés cette année car nous avons eu accès à Carlos Sainz grâce à un accord plus large avec Red Bull Racing, qui a été déclenché par ce que nous avons fait avec McLaren. Il y a donc déjà un lien, mais à l'avenir, je veux que ce lien soit à la faveur du gars qui sort de notre académie."

Des performances satisfaisantes pour les jeunes

Abiteboul se félicite par ailleurs des performances accomplies par les actuels juniors du Losange en 2017. Christian Lundgaard a été sacré en SMP F4 et en F4 Espagne, Jack Aitken a lutté pour le titre GP3 et Max Fewtrell était le meilleur débutant en Formule Renault Eurocup, championnat où le nouveau venu Sacha Fenestraz s'est imposé avec brio. Quant aux deux autres recrues, Arthur Rougier et Victor Martins, elles ont dominé la F4 France. Seul Sun Yue Yang a connu davantage de difficultés, sans la moindre arrivée dans le top 15 en Eurocup.

"Je pense que nous pouvons être assez satisfaits. Si l'on regarde le niveau des personnes qui nous ont rejoints, je crois qu'il n'y a pas de point d'interrogation, ils ont presque tous fait premier ou deuxième dans leur championnat. Max Fewtrell [sixième en Formule Renault Eurocup] est un peu différent mais c'était sa première année et il était le meilleur des rookies. Je pense que les gens que nous avons montrent, à nouveau, que nous sommes crédibles avec ce programme Renault."

"Cela va prendre un peu de temps. Je sais que nous sommes dans un monde où tout le monde attend des résultats immédiatement, mais quand on travaille avec des gens qui n'ont que 16 ans pour le plus jeune, c'est normal que les choses prennent du temps."

Propos recueillis par Alex Kalinauckas

 
Prochain article Formule 1
"Une énorme bataille" se profile entre Force India, McLaren et Renault

Previous article

"Une énorme bataille" se profile entre Force India, McLaren et Renault

Next article

Bottas a changé la vision de Mercedes sur la rivalité interne

Bottas a changé la vision de Mercedes sur la rivalité interne
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Alex Kalinauckas
Type d'article Actualités