Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
51 jours
09 mai
Prochain événement dans
69 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
100 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
107 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
125 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
142 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
156 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
184 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
191 jours
12 sept.
Course dans
198 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
212 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
216 jours
10 oct.
Course dans
226 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
240 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
247 jours

Renault lorgnerait sur un partenariat avec Williams

En quête d'une nouvelle écurie cliente pour compenser la fin du partenariat avec McLaren, Renault n'aurait désormais plus que Williams comme cible envisageable.

partages
commentaires
Renault lorgnerait sur un partenariat avec Williams

Sans équipe cliente pour la saison 2021, Renault cherche une nouvelle structure avec laquelle collaborer à l'avenir. La cible potentielle que constituait Alfa Romeo Sauber n'est plus d'actualité, l'équipe suisse étant en passe de prolonger son entente avec Ferrari, et c'est désormais du côté de Grove que se tournerait le constructeur français. Ce que Renault cherche à faire est de disposer à ses côtés d'une équipe partenaire qui exploiterait ses moteurs mais qui serait également susceptible d'accueillir des pilotes de son programme junior. L'opération ne serait toutefois pas une mince affaire, compte tenu des liens solides entre Williams et Mercedes.

Ces dernières semaines, un accord de principe aurait été trouvé entre Sauber et Ferrari pour que le vaste partenariat déjà en place perdure. Rien n'a été annoncé officiellement, mais cette perspective est pour beaucoup considérée comme acquise. Reste à déterminer dans ce dossier la continuité ou non de l'implication d'Alfa Romeo, qui donne son nom à l'écurie dirigée par Frédéric Vasseur.

C'est donc une porte qui s'est refermée pour Renault, qui est à un tournant de son engagement en Formule 1 alors que l'écurie d'usine a été rebaptisée Alpine à partir de cette saison. Le moteur conçu à Viry-Châtillon équipait l'an dernier McLaren, mais l'écurie de Woking l'a désormais délaissé pour renouer des liens avec Mercedes. Or le Losange souhaite rentabiliser son bloc en disposant d'une autre équipe que la sienne dans son giron.

Lire aussi :

L'enjeu n'est pas seulement technique et commercial, il est aussi politique. La recherche d'une véritable écurie partenaire lui permettrait ainsi de peser davantage lors des discussions importantes au sein du paddock, tout en ouvrant des alternatives pour offrir un avenir à des jeunes pilotes qui, aujourd'hui, n'en ont pas chez Alpine derrière Fernando Alonso et Esteban Ocon. On pense naturellement à Christian Lundgaard, Guanyu Zhou ou encore Oscar Piastri.

Le contexte actuel ne semble mener qu'à une seule possibilité pour Renault, et il s'agirait de Williams. L'écurie britannique paraît aujourd'hui être la seule à évaluer la possibilité de changer de motoriste, Red Bull faisant tout pour concrétiser la reprise du projet Honda. Les dernières rumeurs avancent même qu'un premier contact entre les deux parties a déjà été établi. Cependant, il y aurait au moins deux obstacles majeurs à surmonter.

Le premier est le temps, car les monoplaces pour la saison 2022 sont déjà en phase de conception et il est crucial pour les ingénieurs de connaître les dimensions de l'unité de puissance à intégrer afin d'optimiser le package. Le deuxième n'est autre que les relations entre Williams et Mercedes, qui viennent tout juste de prendre une nouvelle direction avec l'annonce, début janvier, de la fourniture d'éléments techniques tels que la boîte de vitesses par le constructeur allemand.

Le contexte n'a rien de simple et le défi serait de taille pour pouvoir boucler une telle opération entre Williams et Renault avec prise d'effet dès 2022. Il s'agit toutefois d'une question à trancher le plus rapidement possible pour le Losange, car Luca de Meo, PDG du Groupe Renault, aurait fixé parmi les priorités celle de s'assurer des liens avec une écurie cliente.

Les déboires de Ferrari en 2020, une leçon pour tous

Article précédent

Les déboires de Ferrari en 2020, une leçon pour tous

Article suivant

Mayländer : "Parfois, c'est difficile avec Hamilton derrière…"

Mayländer : "Parfois, c'est difficile avec Hamilton derrière…"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams Racing , Alpine
Auteur Basile Davoine