Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
36 jours

Renault et Mercedes en désaccord sur le moteur F1 post-2024

partages
commentaires
Renault et Mercedes en désaccord sur le moteur F1 post-2024
Par :
6 oct. 2019 à 15:45

Les instances et les parties prenantes de la Formule 1 débattent de la direction que la discipline doit prendre concernant la motorisation après 2024, Renault poussant vers une électrification et Mercedes souhaitant conserver l'hybridation actuelle.

La réglementation des V6 turbo hybrides actuelles a été introduite en 2014 et sera modifiée en 2021. Cette nouvelle version devrait courir jusqu'en 2024, avant d'être remplacée en 2025 ou 2026. Pour Cyril Abiteboul, directeur général de Renault, la Formule 1 doit se rapprocher plus encore de ce qui sera pertinent dans l'industrie automobile de demain, pour ne pas se retrouver en retard sur le plan technologique, tout en garantissant des règles qui seront économiques pour les motoristes.

"Si je regarde le rythme auquel le monde change, à mon avis, il y a un immense risque que la F1 soit laissée pour compte. Regardez les Greta Thunberg de ce monde, regardez l'électrification. Les choses que les gens disent aujourd'hui qu'ils n’auraient même pas envisagées il y a six mois ; Ferrari parle de voitures 100% électriques. Le monde avance à un rythme très élevé et il faut que nous soyons très prudents pour ne pas être laissés pour compte par l'industrie automobile. Quoi que l'on pense de l'électrification, ça ne va pas s'arrêter."

Lire aussi :

"En gros, ça veut dire que j'essaie de faire tout ce que je peux et d'exhorter tout le monde à accélérer le processus de prise en compte d'une nouvelle unité de puissance – ce qu'elle devrait être, ce à quoi elle devrait ressembler, ce qu'elle devrait coûter –, d'arrêter de dépenser des sommes d'argent folles – car nous dépensons des sommes folles, tous ensemble, nous les quatre motoristes – et de commencer à investir dans ce qui sera pertinent pour l'avenir."

Pour Abiteboul, il faudrait geler les moteurs actuels afin de limiter le coût de leur développement. "Cela voudrait probablement dire qu'à partir d'un certain point, il faudrait ralentir l'investissement dans le moteur à combustion interne et augmenter le développement des pièces électriques. Peut-être également envisager de nouvelles sources d'énergie, comme l'hydrogène ou des choses comme ça, qui seront probablement le futur de la F1."

"Actuellement, nous sommes plus dans le processus de structuration d'un plan avec un gel progressif du moteur et une réduction du nombre de spécifications par an, afin de parvenir à une nouvelle unité de puissance en 2026. Mais, franchement, c'est dans sept ans, ça semble super loin, et je ne pense pas seulement pour moi, je pense pour la F1 en tant que communauté."

Mercedes veut "conserver la formule actuelle"

Du côté de Toto Wolff, on estime plutôt que la Formule 1 doit tirer le maximum de l'efficacité des unités de puissance actuelles, tout en reconnaissant que des changements devront avoir lieu pour le long terme. "Du point de vue des coûts, nous serions enclins, avec la FIA et Liberty, à conserver la formule actuelle", a expliqué le directeur exécutif de Mercedes.

"C'est une unité de puissance hybride très efficace et nous ne sommes juste pas assez bons pour faire savoir cela au monde. Mais c'est le cas. Néanmoins, le monde est en train de changer, nous avons des millions de personnes dans les rues qui protestent ou se mobilisent au sujet du changement climatique."

Lire aussi :

"Pour nous chez Daimler, le développement durable est devenu plus qu'un simple outil marketing. Le développement durable se produit. Nous nous sommes posés la question en tant que fournisseur d'unités de puissance : quelle est la vision pour le futur moteur de la Formule 1 ? En gardant à l'esprit les coûts, le fait que les pièces hybrides devront être bien plus grandes et c'est quelque chose que nous regardons car ce n'est bien sûr pas facile sans avoir de coûts supplémentaires."

L'Autrichien laisse dans tous les cas entendre que le changement pourrait intervenir plus tôt que ce qui est prévu. "[Avec] tous mes collègues des autres fournisseurs, nous regardons la vision moteur pour 2025 et ce à quoi elle pourrait ressembler. La question est : devons-nous avancer cela ? Parce que le monde avance plus vite que par le passé, et c'est une discussion qu'il faut avoir."

Article suivant
Masi élabore les "nuances de gris" des règles d'avertissements

Article précédent

Masi élabore les "nuances de gris" des règles d'avertissements

Article suivant

Hamilton enthousiasmé par les données des F1 2021 sur l'air sale

Hamilton enthousiasmé par les données des F1 2021 sur l'air sale
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes Boutique , Renault F1 Team
Auteur Fabien Gaillard