Renault pris dans la nasse du milieu de grille ?

partages
commentaires
Renault pris dans la nasse du milieu de grille ?
Par :
6 mars 2019 à 12:00

L'hiver a été studieux chez Renault F1, aussi bien à Enstone qu'à Viry-Châtillon, et les essais hivernaux se sont déroulés sans accroc majeur. Le Losange peut-il toutefois envisager de passer dans l'autre dimension qu'il espère tant, notamment avec l'arrivée très médiatisée de Daniel Ricciardo ?

Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19
Casque de Daniel Ricciardo, Renault F1 Team, pour les essais hivernaux
Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S. 19
Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19, s'arrête au stand
Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S. 19
Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S. 19
Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19
Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S. 19

Dans sa reconquête vers les sommets, entamée en 2016 avec la mise en place du programme d'usine, Renault a fixé des étapes claires. La saison 2019 ne déroge pas à la règle, et après avoir décroché la quatrième place du championnat constructeurs l'an passé, l'idée est de faire au moins aussi bien, tout en réduisant l'écart avec les meilleurs.

Dithyrambique quant aux gains de performance réalisés avec la nouvelle unité de puissance, Cyril Abiteboul s'est montré plus mesuré ces derniers temps au sujet des progrès qui seront visibles côté châssis. Le package doit toutefois relever le défi des objectifs fixés, et la R.S.19 a semblé livrer quelques indications positives à Barcelone. Si jamais les progrès tendent à se confirmer, l'épine dans le pied pour Renault pourrait toutefois venir d'un milieu de grille particulièrement dense, et qui lui non plus ne s'arrête pas en si bon chemin…

"Nous étions troisièmes au kilométrage parcouru lors des essais, et fondamentalement, il n'y a rien qui n'aille pas sur la voiture. Nous sommes plus proches qu'avant des premières places", estime le directeur général de Renault F1 dans les colonnes d'Auto Motor und Sport. "Dans notre estimation, il n'y a pratiquement rien entre Toro Rosso, Haas, Alfa Romeo, McLaren et nous. Red Bull reste un mystère pour nous."

Lire aussi :

À Melbourne la semaine prochaine, pour le Grand Prix d'ouverture en Australie, la Renault ne devrait pas afficher d'évolutions majeures. Les nouvelles pièces devraient surtout se concentrer sur l'aileron avant et la zone des déflecteurs, deux "terrains de jeu" déjà clairement identifiés pour les ingénieurs cette saison.

Les développements à venir devront cependant se faire avec une idée claire et affirmée de la direction à prendre concernant l'aileron avant, suite aux modifications réglementaires. Plus large et plus simple, cet élément a fait l'objet de choix plus ou moins agressifs d'une écurie à l'autre, et Renault n'a pas encore établi la voie définitive à emprunter.

"Pour le moment, il faut décider si l'on veut aller à droite ou à gauche", résume Cyril Abiteboul. "Tout le monde aura la même chose en 2020. Nous étudions de près le concept de Ferrari. Certaines solutions sont en CFD, d'autres en soufflerie. Nous devons trouver s'il est préférable d'être conservateur ou d'aller à l'extrême."

Article suivant
Photos - Les casques de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas

Article précédent

Photos - Les casques de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas

Article suivant

Albon : "Pas de mauvaises surprises" sur la Toro Rosso

Albon : "Pas de mauvaises surprises" sur la Toro Rosso
Charger les commentaires
Be first to get
breaking news