Renault ne précipitera pas ses développements

Malgré la somme des récents problèmes rencontrés par Renault en Formule 1, le motoriste français a décidé de ne pas modifier son approche en termes de développement. Les fameux jetons ne seront donc pas utilisés plus vite que prévu, malgré la colère qui continuer de gronder au sein du clan Red Bull.

Ricciardo, Kvyat, Verstappen et Sainz : les quatre pilotes propulsés par le moteur Renault ont déjà tous été victimes - une ou plusieurs fois cette saison - des soucis de fiabilité récurrents rencontrés par le manufacturier tricolore.

Helmut Marko, Christian Horner, Adrian Newey et plus récemment le grand patron de Red Bull Dietrich Mateschitz : tous ont exprimé leur mécontentement, ce dernier allant jusqu'à remettre en cause l'engagement de la firme autrichienne en F1.

Nous n'allons pas nous précipiter parce que nous sommes plus en difficulté qu'attendu.

Cyril Abiteboul, Renault Sport

Pour autant, Renault n'a nullement l'intention de changer son approche, affirmant que les problèmes actuellement rencontrés ne font que décupler sa motivation à revenir sur l'avant de la grille. Si Red Bull et Toro Rosso intensifient la pression mise sur leur fournisseur d'unités de puissance, Renault tient à conserver sa stratégie à long terme malgré le retard actuellement concédé à Mercedes et Ferrari.

"Nous avons établi un plan précis concernant l'utilisation de nos jetons," affirme Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport F1. "Vous ne pouvez pas décider de modifier votre approche comme ça, par un dimanche soir malheureux après une course ratée. Nous devons bien sûr réagir en conséquence des problèmes qui surviennent, mais il ne faut pas pour autant tout bouleverser."

Renault conserve à ce jour davantage de jetons de développement que ses adversaires, avec 12 disponibles contre 10 chez Ferrari et 9 pour Mercedes.

Nous sommes frustrés, Red Bull aussi, mais nous devons travailler ensemble afin de progresser.

Cyril Abiteboul

"Nous manquons sans doute de puissance et visiblement aussi de fiabilité," concède Abiteboul. "Mais cela nous motive à mieux travailler encore. Il est difficilement envisageable d'augmenter le rythme de développement pour autant, car notre stratégie s'étend sur du long terme et non uniquement sur cette saison 2015."

"Nous n'allons pas nous précipiter parce que nous sommes plus en difficulté qu'attendu. Nous sommes frustrés, Red Bull aussi, mais nous devons travailler ensemble afin de progresser."

Quota moteurs, l'inquiétude de Toro Rosso

Du côté de l'écurie sœur, Toro Rosso, Franz Tost reste convaincu des propos tenus par Abiteboul : les différentes parties doivent travailler main dans la main et avancer. Mais le dirigeant autrichien s'inquiète davantage au moment de songer à la probabilité de futures pénalités qui attendent son équipe, le règlement autorisant l'utilisation de quatre unités de puissance seulement.

"Je suis convaincu que Renault va trouver les bonnes solutions, nous devons travailler ensemble et tirer le meilleur parti du matériel mis à disposition," a déclaré Tost à Motorsport.com.

"Mais j'admets être nerveux au sujet du nombre d'unités de puissance à employer sur la saison. Si les choses continuent comme cela, nous allons recevoir un nombre fort important de pénalités. Nous avons déjà utilisé deux moteurs par voiture et deux MGU-H également, et c'est pareil pour les autres composants."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Adrian Newey
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso
Type d'article Actualités
Tags cyril abiteboul, développement, franz tost, jetons de développement, moteur, red bull, renault, toro rosso, unité de puissance