Renault pas encore au niveau pour attirer Ricciardo

L’équipe française est en discussions avec Carlos Sainz pour une prolongation de contrat, mais est là aussi entre les mains de Red Bull pour conserver le pilote espagnol.

Renault pas encore au niveau pour attirer Ricciardo
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18 et Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer, et Pierre Gasly, Toro Rosso STR13 Honda
Une caricature de Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team et Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14

Renault a ouvert des discussions avec Carlos Sainz au sujet d’une prolongation contractuelle à long terme avec l’équipe, mais avoue que la situation de prêt du pilote espagnol par Red Bull laisse celle-ci "exposée".

Sainz a été prêté par Red Bull à l’équipe Renault pour une saison uniquement, et peut être rappelé par le Taureau Ailé pour 2019 si le team vient à perdre un Daniel Ricciardo possiblement en partance vers un autre top team.

Malgré cette incertitude, Cyril Abiteboul, directeur de l’équipe Renault, a expliqué à Motorsport.com qu’il discute déjà des plans sur le long terme avec Sainz.

"Nous avons toujours à mon avis deux grands pilotes, mais évidemment il s’agit d’une situation particulière avec Carlos, qui est sous un contrat que l’on sait exposé pour l’an prochain : nous le savions depuis le premier jour. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’anticiper pour l’an prochain ce que pourrait être cette situation. Et franchement, c’est la raison pour laquelle nous avons commencé les discussions avec Carlos pour le plus long terme, à propos de ce qui peut se produire au-delà de cette année ; tout en acceptant que ce n’est pas totalement entre nos mains ni les siennes."

"Ce n’est pas une situation super confortable dans laquelle se trouver mais nous devons l’accepter et rattrapons toujours dans de nombreux domaines et l’un de ces domaines est le marché des pilotes, nous il faut encore essayer d’être en contrôle de notre futur et de notre destin."

Pour attirer un vainqueur de GP, il faut "bien faire les choses"

Abiteboul, très protecteur de Hülkenberg après son crash de Bakou, explique que l’équipe n’est pas encore dans une situation dans laquelle il faudra envisager de regarder si les jeunes pilotes du programme de formation comme Jack Aitken sont prêts pur monter en F1. Pas plus que le team ne semble assez solide pour attirer dans le marché des pilotes des vainqueurs de Grand Prix comme Daniel Ricciardo et franchir un nouveau pas en avant dans son line-up.

"Nous sommes intéressés par des pilotes de talent, et Ricciardo en est un", avoue le Français. "Je pense que Daniel Ricciardo est très bien positionné pour avoir une compréhension très claire de là où nous sommes forts et là où nous pouvons être faibles. Et je parle du moteur, car bien entendu, il utilise un moteur Renault, ce qui peut être parfois bon et parfois mauvais."

"Si nous désirons séduire des pilotes comme Ricciardo – Ricciardo ou un autre pilote −, la première chose nécessaire est de bien faire les choses. Et si l’on parvient à construire le meilleur package châssis/moteur, je suis assez certain que nous pouvons les attirer car nous pouvons montrer que notre sérieux existe toujours concernant nos ambitions. Mais la première chose à faire pour Daniel est peut-être que nous réparions…enfin pas réparions, car ce n’est pas cassé, mais que nous nous assurions que nous sommes en total contrôle de la situation moteur."

Du côté de Red Bull, la décision de Ricciardo de demeurer ou pas au sein du team dépendra bien évidemment de l’attractivité des offres qu’il pourra recevoir d’ailleurs − comme de Ferrari ou Mercedes −, mais aussi de la direction prise par le team concernant une possible entente de fourniture moteur avec Honda dès 2019.

"Peut-être que l’on ne peut pas tout contrôler mais au moins, nous avons besoin d’avoir la visibilité sur le futur", poursuit Abiteboul. "C’est la raison aussi pour laquelle j’accélère les choses avec Red Bull du côté moteur, et ce sera la même chose sur le marché des pilotes. Nous avons besoin de caler nos plans le plus vite possible en gardant en tête que nous ne pouvons pas tout contrôler."

Avec Oleg Karpov

partages
commentaires
Pérez : "Nous sommes clairement la quatrième meilleure équipe"

Article précédent

Pérez : "Nous sommes clairement la quatrième meilleure équipe"

Article suivant

Rétro 1981 - Gilles Villeneuve insensible à la pression en Espagne

Rétro 1981 - Gilles Villeneuve insensible à la pression en Espagne
Charger les commentaires