Renault - "Nous attendons mieux à Sotchi"

Pour Frédéric Vasseur, Renault doit connaitre un week-end tranquille pour mieux se comporter qu'en Chine.

Renault - "Nous attendons mieux à Sotchi"
Frédéric Vasseur, Directeur de la Compétition Renault Sport F1 Team
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16 devant son équipier Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16 devant son équipier Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16 sur la grille
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S.16 et Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16 en lutte pour une position

Les Grands Prix d'Australie et de Bahreïn avaient été plutôt prometteurs, laissant les Renault aux portes des points, mais en Chine, la réalité a rattrapé la structure française, avec les 17e et 20e positions finales.

"Ce fut un week-end difficile dès le début", explique Frédéric Vasseur, le directeur de la compétition de l'écurie. "Le problème de suspension sur la voiture de Kevin nous a fait perdre beaucoup de roulage et cela a été particulièrement préjudiciable cette fois."

"Il n’a pas seulement manqué de temps de piste, mais nous n’avons pas pu accumuler les données nécessaires pour comparer les pneus. Dès lors, choisir nos réglages pour la suite était un défi. Par rapport à notre position en Chine, nous attendons clairement mieux à Sotchi."

Mieux, à commencer par un week-end plus tranquille : "Nous devons encore connaître une course propre pour les deux voitures sur l’ensemble d’un Grand Prix. Kevin a eu une crevaison en Australie, puis le problème de feu à Bahreïn où Jolyon n’a pu prendre le départ."

"Ensuite, la Chine a été assez difficile pour tout le monde. Nous avons besoin de week-ends solides et sans embûche afin de réaliser des progrès constants et sensibles."

Des progrès qui seront aussi bientôt visibles sur le V6 turbo hybride Renault, dont une première évolution est attendue pour le GP du Canada.

"Nous passons beaucoup de temps sur chaque détail. À Viry, chaque aspect du groupe propulseur est étudié, tout comme c’est le cas sur le châssis à Enstone. Il n’est pas question de se focaliser sur un seul sujet, mais plutôt d’analyser le moindre détail. Nous savons que nous avons beaucoup à faire, nous connaissons nos objectifs et c’est ce vers quoi nous travaillons."

Qualifications

Shanghai a vu le retour du format de qualifications type 2015 après deux épreuves pour le système à élimination.

"C’était passionnant jusqu’au dernier moment en Chine et c’est donc positif. Qu’importe le format, l’action n’est jamais à tous les virages en qualifications, mais Shanghai a offert un beau spectacle. Bien entendu, le sport cherchera toujours où des améliorations peuvent être apportées et il est bon de voir que nous pouvons parfois apprendre de nos erreurs aussi."

partages
commentaires
Haas - Les nouvelles équipes devraient avoir plus d'essais

Article précédent

Haas - Les nouvelles équipes devraient avoir plus d'essais

Article suivant

Hamilton - La F1 ne doit pas avoir peur d'essayer des choses en 2016

Hamilton - La F1 ne doit pas avoir peur d'essayer des choses en 2016
Charger les commentaires