Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
45 jours
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
52 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
66 jours
C
Grand Prix de Chine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
80 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
101 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
115 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
129 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
136 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
150 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
157 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
171 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
185 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
213 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
234 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
241 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
255 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
269 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
276 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
290 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
304 jours

Renault : La rupture avec McLaren est "une opportunité manquée"

partages
commentaires
Renault : La rupture avec McLaren est "une opportunité manquée"
Par :
12 oct. 2019 à 06:45

Le directeur de Renault en F1, Cyril Abiteboul, admet que l'échec des négociations pour continuer le partenariat avec McLaren après 2020 représente "une opportunité manquée".

Durant les négociations pour prolonger le contrat avec McLaren au-delà de 2020, Renault a proposé de renforcer les liens entre les deux équipes, qui aurait permis une collaboration dans divers domaines autorisés par le règlement. Cependant, McLaren a préféré choisir un accord n'impliquant que la fourniture moteur, et a décidé de retourner dans le giron de Mercedes pour la première fois depuis 2014.

Le directeur de Renault, Cyril Abiteboul, admet que son équipe aurait été dans une meilleure posture pour les prochaines saisons si elle avait réussi à obtenir un accord comme celui souhaité, qui lui aurait permis une collaboration rapprochée et un partage d'informations avec McLaren. Cependant, il ne s'inquiète pas de difficultés supplémentaires pour son équipe.

Lire aussi :

"Je pense que nous aurions été plus forts ensemble, sur les bases de notre approche du partenariat", admet Abiteboul. "Sans cela, nous sommes plus faibles que nous aurions pu l'être, et de mon point de vue, c'est une opportunité manquée. Mais ce n'est pas comme si c'était quelque chose qui nous mettait dans une position très différente de celle dans laquelle nous sommes actuellement. Pour le moment, rien ne se produit entre nous et McLaren sur ce genre de choses, donc il n'y a pas de changement, pas d'amélioration, mais pas non plus de retour en arrière. Nous devons juste continuer à travailler de manière habituelle."

"J'accepte l'idée que ce que nous avons proposé à McLaren était peut-être un peu inhabituel, pas nécessairement inhabituel, mais en essayant d'être plus ouverts d'esprit sur la manière dont les équipes peuvent coopérer. Nous avons le modèle fantastique de Haas et Ferrari, c'était juste un modèle différent de collaboration entre deux équipes. C'est une opportunité perdue, mais nous savons aussi ce que nous avons à faire, et nous sommes totalement préparés à travailler seuls sur tous les aspects."

Lire aussi :

Le directeur de Renault explique qu'en travaillant ensemble, les deux équipes auraient pu réduire l'écart face aux trois équipes de pointe : "Je pense que McLaren cherche une relation très simple et directe comme client. Clairement, c'est la manière dont ils nous l'ont présenté. Ils voulaient un fournisseur, et Mercedes est sans aucun doute un très bon fournisseur, ils ont un produit prêt à l'emploi, qui serait fait en accord avec les standards et les spécifications de Mercedes. Et McLaren se concentre uniquement sur le châssis. Il y a de la logique dans tout cela."

"Notre proposition portait davantage sur un partenariat dans lequel nous aurions partagé bien plus, nous aurions partagé de nombreuses choses concernant l'intégration du moteur, l'installation du châssis, mais pas seulement cela. Si vous regardez où nous sommes, nous sommes proches de McLaren, il n'y a rien entre nous et eux. Mais il y a un monde entre nous et les équipes de pointe. Pour moi, l'objectif de cette relation aurait été de travailler ensemble à la réduction de cet écart, donc en créant plus de synergies au sujet du matériel, de l'installation et des infrastructures."

"En regardant également la manière dont la F1 va se développer, avec des pièces standardisées, de l'open source, des pièces avec davantage de normes, il y avait un nombre d'opportunités de regrouper nos forces et bien qu'en étant rivaux en piste, essayer de réduire l'écart avec les top teams. C'était notre approche. C'est pour cela que je parlais de partenariat stratégique, ce qui ne signifie pas devenir une équipe junior, ou une équipe B de Renault, car ça n'aurait pas été le cas. Mais notre approche n'intéressait pas vraiment McLaren."

Article suivant
Photos - Les Formule 1 en piste à Suzuka

Article précédent

Photos - Les Formule 1 en piste à Suzuka

Article suivant

Ferrari s'attend à devoir encore gérer la rivalité Vettel/Leclerc

Ferrari s'attend à devoir encore gérer la rivalité Vettel/Leclerc
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Boutique , Renault F1 Team
Auteur Adam Cooper