Renault ?pargn? gr?ce au manque de preuves

La FIA a rendu public l'ensemble des investigations menées durant l'affaire d'espionnage opposant Renault à McLaren

La FIA a rendu public l'ensemble des investigations menées durant l'affaire d'espionnage opposant Renault à McLaren.

Jeudi, le conseil mondial du sport automobile a reconnu que l'écurie française avait enfreint l'article 151c du Code Sportif International, mais les commissaires n'ont pas sanctionné l'équipe.

Dans un communiqué de presse plus détaillé, la fédération internationale précise que Renault était en possession d'un schéma du système d'essence utilisé par McLaren, d'un plan de la boîte de vitesses ainsi que de dessins représentant le mass-damper.

Par ailleurs, l'équipe dirigée par Flavio Briatore aurait eu un email contenant une pièce jointe nommée 'peak2.tif' ou '21aspec.tif'. Selon les dirigeants de McLaren, ce fichier contient une capture d'écran d'un document confidentiel intitulé "Spécification technique de la MP4-22A".

Renault a nié avoir bénéficié de ces informations et la FIA n'a trouvé aucun indice prouvant que l'écurie au Losange avait observé le contenu de ce fichier.

En conclusion, l'équipe championne du monde en 2005 et 2006 est jugée coupable pour ne pas avoir respecté l'article 151c, mais le conseil mondial ne leur inflige aucune pénalité car il n'existe aucune preuve suffisante pour démontrer que ces données ont eu une influence sur le déroulement du championnat.

Retrouvez l'intégralité du communiqué de la FIA sur le site www.fia.com

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Flavio Briatore
Équipes McLaren
Type d'article Actualités