Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Renault à la peine dans la quête du bon compromis

partages
commentaires
Renault à la peine dans la quête du bon compromis
Par :
26 avr. 2019 à 15:07

Ce vendredi d'essais libres tronqués n'a pas permis à Renault de mettre le doigt sur la bonne direction à prendre en vue de la suite du week-end à Bakou. L'écurie d'Enstone a de nombreuses données à analyser pour redresser la barre samedi.

Daniel Ricciardo, Renault R.S.19
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1
Le casque de Daniel Ricciardo, Renault
Daniel Ricciardo, Renault R.S.19
Nico Hulkenberg, Renault F1 Team
Vue détaillée de la Renault F1 Team

Sur un circuit de Bakou qui n'a déjà rien de simple en matière de réglages, compte tenu de la diversité qu'il offre et de son caractère urbain, Renault a peiné à mettre le doigt sur la bonne direction à prendre ce vendredi. La quasi-annulation de la première séance d'essais libres, puis les drapeaux rouges qui ont perturbé la deuxième séance dans l'après-midi n'ont pas facilité la tâche du Losange, qui pointe en queue de peloton ce vendredi soir. Néanmoins, cette donne est la même pour l'intégralité du plateau, et il va falloir faire avec les informations récoltées pour progresser tout au long du week-end. Respectivement 15e et 17e, Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg sont en quête du meilleur compromis, comme le précise Cyril Abiteboul. 

Lire aussi:

"C'est la même chose pour tout le monde donc nous ne pouvons pas nous plaindre, nous devons y aller pas à pas", estime le directeur général de Renault F1 au micro de Sky Sports. "On revient de loin avec nos problèmes de fiabilité, donc on essaie de comprendre l'équilibre à avoir, et aussi les niveaux d'aileron à adopter. Nous devons prendre les bonnes décisions pour le reste du week-end car nous ne voulons pas optimiser la voiture pour le vendredi."

En une seule séance de 90 minutes, il a en effet fallu condenser le programme d'une journée complète, en travaillant à la fois sur les réglages de la monoplace ainsi que sur la compréhension des pneus sur les courts comme les longs relais. "Ayant loupé les EL1, on voulait faire au mieux en EL2 mais on a eu les mêmes soucis que tout le monde au niveau de la température des pneus", déplore Cyril Abiteboul. "On n'a rien touché mais ça a eu une incidence sur les simulations pour dimanche. On a beaucoup de choses à analyser ce soir."

Le programme du jour amendé a également incité Renault à modifier son approche, en renonçant finalement à mener des essais comparatifs entre les deux monoplaces sur le plan aérodynamique. "Ils [les pilotes] avaient le même niveau d'aileron, le plan était de faire quelque chose de différent si on avait eu les EL1, mais je ne pense pas que ce soit le réglage que nous garderons pour le reste du week-end", précise Cyril Abiteboul. "Nous savons que c'est un circuit très délicat car il faut combiner une section très lente avec une section très rapide, tout est une question de compromis."

 
Article suivant
EL2 - Leclerc se faufile entre les drapeaux rouges

Article précédent

EL2 - Leclerc se faufile entre les drapeaux rouges

Article suivant

Verstappen "pas trop inquiet" pour réduire l'écart

Verstappen "pas trop inquiet" pour réduire l'écart
Charger les commentaires