Renault a "vraiment le potentiel" pour rattraper Williams

L'écurie française pense être bien placée lors des trois prochains Grands Prix en Asie et vise toujours la cinquième place du championnat.

Après un Grand Prix d'Italie vierge de point, où Renault n'avait pas caché se présenter sans grand espoir compte tenu de son déficit de performance sur le plan moteur, l'écurie française aborde les échéances à venir avec une très grande ambition. Bien que huitième du championnat constructeurs, Renault ne perd pas de vue le cap fixé en début de saison, à savoir la cinquième place. Un objectif actuellement distant de 21 points et jugé surmontable par l'encadrement d'Enstone.

"Nous voulons maintenant nous concentrer pleinement sur les manches asiatiques", prévient Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "Williams est cinquième du championnat constructeurs avec seulement 21 unités de plus. Il reste sept épreuves au calendrier et nous avons vraiment le potentiel pour les rattraper d’ici la fin de saison. Nous devons lancer une belle dynamique et enchaîner des résultats réguliers avec nos deux voitures dans le top dix. Singapour sera essentiel pour amorcer cette dynamique." 

L'une des problématiques pour y parvenir sera toutefois de marquer des points aussi bien avec Nico Hülkenberg que Jolyon Palmer. Ce dernier affiche toujours un zéro pointé et la pression sur ses épaules reste maximale, sur fond d'arrivée de Carlos Sainz

Des tracés plus favorables

Les particularités du circuit de Monza n'ont pas permis à la R.S.17 de se mettre en valeur, mais les progrès récents effectués grâce au développement de la monoplace devraient à nouveau être salvateurs à Marina Bay. Directeur technique châssis, Nick Chester s'attend à ce que Renault retrouve "le niveau de performance vu en Grande-Bretagne, en Hongrie et à Spa". Sur ces trois Grands Prix, l'équipe tricolore avait empoché 16 points malgré un résultat vierge à Budapest.

"Nous avons continué à améliorer la R.S.17 et c’est vraiment positif", souligne Nick Chester. "Depuis Silverstone, la voiture est bien plus compétitive. Budapest et Spa ont confirmé cette tendance puisque nous étions la quatrième force du plateau. Nous n’étions pas aussi rapides à Monza, mais les courses à venir devraient nous permettre de retrouver le niveau de performances vu à Spa. Il n'y a plus de circuits requérant de très faibles appuis. Nous avons de bonnes chances d’être en forme sur ces trois manches asiatiques."

Pas question néanmoins de miser uniquement sur les développements effectués durant l'été, au sein d'un milieu de grille où la bataille est féroce avec Williams mais aussi Toro Rosso et Haas, sans compter la menace difficile à quantifier de McLaren-Honda sur des tracés tels que celui de Singapour.  

"Nous avons conçu des améliorations sur la suspension arrière pour rendre l’arrière plus conciliant, ce qui aidera la motricité", détaille Nick Chester. "Comme toujours, nous devons atteindre un compromis et un équilibre entre un châssis docile et une perte minimale des performances aérodynamiques. Nous avons des améliorations mineures sur la carrosserie que nous évaluerons lors des séances d’essais libres."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Singapour
Circuit Singapore Street Circuit
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Actualités
Tags cyril abiteboul, enstone, nick chester