La réclamation contre Racing Point sert à clarifier le règlement

partages
commentaires
La réclamation contre Racing Point sert à clarifier le règlement
Par :
, Grand prix editor
Co-auteur: Emmanuel Touzot

La réclamation de Renault contre la Racing Point RP20 sera cruciale pour définir quel modèle d'équipes la Formule 1 veut autoriser à l'avenir, selon Marcin Budkowski.

Renault a porté une réclamation formelle contre Racing Point après le Grand Prix de Styrie dimanche dernier, au sujet des similitudes entre la monoplace de l'équipe canadienne et la Mercedes W10, Championne du monde en 2019. Racing Point a ouvertement admis avoir basé son design sur la Flèche d'argent de l'an dernier mais a toujours insisté sur le fait que cette inspiration ne dépassait pas le cadre du Règlement Technique. Bien que la réclamation se concentre sur les écopes de freins, le directeur exécutif de Renault, Marcin Budkowski, veut pouvoir tirer des limites nettes pour l'avenir.

"Tout le monde regarde ce que font les autres, parce que c'est la plupart du temps visible sur les photos et les images", a-t-il déclaré au micro de Canal+. "Il y a une chose, c'est s'inspirer du design des autres, et il y a une autre chose, c'est utiliser des designs ou des pièces d'une autre équipe pour sa voiture, directement ou indirectement. Et nous, on estime que certaines pièces sur la Racing Point sont directement des designs d'autres équipes."

En conférence de presse, il a insisté sur la volonté de clarifier le règlement pour les années à venir, et établir plus précisément les possibilités et interdictions à ce sujet : "Pour nous, il est important de clarifier ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas pour cette saison, pour l'épreuve pour laquelle nous avons porté réclamation, pour le reste de la saison, pour la saison prochaine et pour ce que la F1 veut à l'avenir."

Lire aussi :

"Quel est le modèle que nous voulons ? Voulons-nous un modèle dans lequel nous avons dix équipes qui se battent indépendamment ? Surtout dans le contexte d'un sport plus juste, d'une distribution plus égales des revenus, d'un plafond budgétaire, dans le but que toutes les équipes arrivent à un niveau similaire de dépenses, peut-être pas directement, mais avec le temps. Il y a une grande opportunité avec le règlement 2022, qui permettra aux voitures de se suivre, de se dépasser, et [créera] une meilleure compétition."

"Il y a une belle opportunité pour notre sport d'avoir dix équipes se battant à armes égales et pour nous, il est important de clarifier quels niveaux d'échanges sont permis. Est-il permis d'avoir des pièces ou des plans d'une autre équipe et de les utiliser sur votre voiture ? Car nous ne pensons pas que ce soit le bon modèle pour la F1. Ça va bien plus loin que cette réclamation ou que cette course. C'est [de décider] quel modèle nous voulons dans le futur."

Du côté de Racing Point, Otmar Szafnauer est serein quant à l'issue de cette réclamation, dont le verdict est attendu en marge du Grand Prix de Grande-Bretagne, qui se tiendra dans deux semaines : "Nous apporterons toutes les preuves demandées. Je pense que l'issue sera inattaquable, ce qui est bien, car il y a des choses que les caméras ne peuvent pas voir, surtout quand il s'agit des surfaces internes d'écopes de frein, par exemple, que nous avons entièrement dessinées et développées nous-mêmes. Quand les deux pièces seront comparées par la FIA, ils sauront que les écopes de freins sont uniques et conçues par nous."

Photos - Les F1 en piste et sous la pluie au Hungaroring

Article précédent

Photos - Les F1 en piste et sous la pluie au Hungaroring

Article suivant

Ailerons arrière : la FIA veut changer ses tests pour contrer les écuries

Ailerons arrière : la FIA veut changer ses tests pour contrer les écuries
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team , Racing Point
Auteur Luke Smith