Renault Sport F1 - Une fiabilité grandement améliorée

Après les huit titres mondiaux engrangés de 2010 à 2013 dans l'ère des V8, Renault Sport F1 a connu une saison relativement difficile l'an passé, incapable de jouer le championnat malgré les trois victoires de Daniel Ricciardo

Après les huit titres mondiaux engrangés de 2010 à 2013 dans l'ère des V8, Renault Sport F1 a connu une saison relativement difficile l'an passé, incapable de jouer le championnat malgré les trois victoires de Daniel Ricciardo.

L'une des raisons de cet échec réside clairement dans les caractéristiques de l'unité de puissance elle-même ; celle de Mercedes avait un avantage net, ce qui fut une cause majeure de l'incapacité de Red Bull à concurrencer Mercedes de façon régulière. Cependant, l'optimisme est de mise à Viry-Châtillon : d'après Rémi Taffin, c'est une unité de puissance repensée qu'utiliseront Red Bull et Toro Rosso cette année.

"Nous avons effectué de nombreux changements sur l'unité de puissance par rapport à l'an dernier", explique Taffin, directeur des opérations Renault Sport F1. "Nous n'allons pas entrer dans les détails au sujet de toutes les parties que nous avons modifiées, mais nous allons arriver à Melbourne avec un moteur très différent de celui de l'an dernier. Cette année, nous disposons de 32 jokers dans la saison pour le modifier et nous prévoyons d'en utiliser une grande quantité pour l'Australie, mais d'en économiser pour avoir de la flexibilité dans le reste de l'année".

La fiabilité était la principale faiblesse de Renault l'an passé, ce que Taffin est prompt à admettre. "Il faut reconnaître que l'an dernier, la fiabilité n'était pas la meilleure que nous pussions espérer, mais nous avons travaillé très dur dans ce domaine et nous avons fait de réels progrès en fiabilité lors de la deuxième moitié de saison". En effet, entre les Grands Prix d'Australie et de Hongrie, il y avait eu pas moins de dix-huit abandons liés de près ou de loin à l'unité de puissance pour les écuries motorisées par Renault, alors qu'il n'y en avait eu que cinq à partir de la Belgique.

De plus, il semblerait que ces progrès aient eu lieu dans un cadre d'exigence semblable à ce qui est attendu pour la saison présente : "En fait, nous avions déjà 2015 à l'esprit, l'an dernier, car nous utilisions les pièces avec l'objectif de la durée de vie attendue cette saison. C'est à dire, au lieu de les utiliser pour la distance requise par un cycle de cinq unités de puissance par an, nous les utilisions dans le cadre d'un cycle de quatre par an, soit 20% de plus que nécessaire".

"Même si nous les avons poussées plus loin que nécessaire l'an dernier, cela nous a donné le point de départ pour 2015", conclut le Français. Renault Sport F1 semble donc avoir toutes les cartes en main pour progresser dans la hiérarchie ; il reste à savoir si Red Bull et Toro Rosso parviendront à concrétiser.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo
Équipes Toro Rosso , Mercedes
Type d'article Actualités