Renault - Un moteur dans la continuité des évolutions de 2015

La marque au losange s'appuiera grandement sur les concepts introduits fin 2015 pour l'unité de puissance 2016 et vise avant tout le long terme pour aller plus loin dans la hiérarchie.

Renault - Un moteur dans la continuité des évolutions de 2015
Carlos Ghosn, Président de Renault
Remi Taffin, Directeur Technique moteur de Renault Sport F1 Team
La livrée du Renault Sport F1 Team
Jolyon Palmer, Kevin Magnussen et Esteban Ocon, Renault Sport F1 Team avec Carlos Goshn, Président de Renault
Alain Prost, avec Remi Taffin, chef des opérations piste chez Renault Sport F1
Jérôme Stoll, Président de Renault Sport Racing avec Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing et Frédéric Vasseur, Directeur de la Compétition Renault Sport F1 Team
La livrée du Renault Sport F1 Team est révélée
La livrée du Renault Sport F1 Team
Remi Taffin, Renault Sport F1 et le Dr Helmut Marko, Red Bull
La livrée du Renault Sport F1 Team
Franz Tost, Scuderia Toro Rosso, Team Principal et Remi Taffin, Renault Sport F1
Jérôme Stoll, Président de Renault Sport Racing avec Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing et Frédéric Vasseur, Directeur de la Compétition de Renault Sport F1 Team
Jérôme Stoll, Président de Renault Sport Racing avec Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing; Frédéric Vasseur, Directeur de la Compétition de Renault Sport F1 Team et Carlos Ghosn, Président de Renault
Remi Taffin, ingénieur de course chez Renault F1 Team

Dans l’organigramme de Renault Sport F1, Rémi Taffin assure un rôle important à la tête du département moteur en tant que directeur des opérations et travaille en étroite collaboration avec Nick Chester pour s’assurer de la bonne corrélation entre unité de puissance et châssis.

Avec Renault depuis 1999, le Français jouait précédemment, de 2011 à 2015, le rôle de responsable de la performance moteur pour toutes les écuries clientes de la marque au losange, avant de devenir, en 2015, directeur des opérations de RSF1, avec pour missions d’encadrer le travail sur les bancs d’essais et au département d’assemblage de Viry et de superviser les ingénieurs détachés auprès des clients.

Il accueille évidemment avec enthousiasme le retour du losange en tant qu’écurie à part entière, tout comme Viry-Châtillon qui jouera bien évidemment un rôle important dans la mission de Renault de revenir vers les sommets de la discipline tutoyés en 2005 et 2006 : "Tout le monde était bien évidemment très enthousiaste lors de l’annonce à Viry."

"Après une longue période de succès durant l’ère du moteur V8, la saison 2014 a été décevante et nous avons dû attendre mi-2015 pour revenir sur la bonne voie et sortir la tête de l’eau. En 2016, nous devrions pouvoir de nouveau respirer et savoir où nous allons. Nous sommes conscients que l’année sera difficile. Nous nous préparons tous au défi, mais il est important d’avoir une vision et une direction à long terme."

Concernant plus précisément l’unité de puissance, qui n’a pas brillé par sa compétitivité depuis le début de l’ère turbo hybride, les changements se font dans la continuité du travail effectué en fin de saison 2015 notamment.

"Rétrospectivement, nous avons introduit de nouveaux concepts fin 2015 avec la spécification ‘D’ du groupe propulseur. Si nous n’en avions pas utilisé tous les développements, les essais au Brésil nous ont fourni des informations extrêmement positives. Nous avons notamment travaillé sur la chambre de combustion et sur le turbo pour gagner en performance sans sacrifier la fiabilité."

"Le Power Unit qui sera exploité à Melbourne s’inscrit dans la continuité de ce que nous avons entamé l’an passé, tout en poussant nos idées encore plus loin. Nous examinons également d’autres domaines. Des améliorations arriveront tout au long de la saison. Si ce que nous verrons à Melbourne représente déjà un important pas en avant par rapport à 2015, nous devons aussi vivre cette saison en posant les fondations pour 2017, lorsque notre partenariat aura mûri."

L'objectif, c'est 2017

Mais Rémi Taffin se veut réaliste : après une saison avec le moteur Mercedes, l’intégration d’une nouvelle unité de puissance sur le tard posera des problèmes et l’année 2016 sera frappée du sceau de la transition, même si la connaissance d’Enstone sera précieuse pour accélérer la mise en place des habitudes de travail.

"Nous savons que l’intégration du groupe propulseur au châssis s’est faite très tardivement. Malgré les circonstances, nous faisons de notre mieux tout en restant réalistes sur nos chances en 2016. Nous devons continuer à fournir un Power Unit fiable et performant, tout en devant établir des liens forts et durables avec l’équipe châssis d’Enstone."

"C’est un avantage de connaître une grande partie de leurs employés et leurs méthodes de travail, mais il faut du temps pour tirer le meilleur l’un de l’autre. Collaborer en bonne intelligence nous permettra à terme de développer le groupe propulseur et le châssis plus rapidement et plus efficacement. Nous voyons donc cette saison comme une année de transition nécessaire pour fonder l’avenir. L’objectif est que la collaboration porte ses fruits en 2017."

Si le calendrier est serré, pas question cependant de précipiter les choses du côté de Renault qui mise sur le long terme : "Pendant qu’Enstone se relance, nous voulons poursuivre sur notre rythme à Viry. Depuis l’annonce, il n’y a pas eu de bouleversement. Nous mettons les choses en ordre. Avec l’introduction des nouveaux groupes propulseurs, nous avons réalisé d’énormes investissements sur les bancs, les logiciels et le personnel notamment. Les conditions sont désormais idéales pour en profiter pleinement."

"Si nous n’en avions malheureusement pas eu l’occasion ces dernières années, l’engagement de Renault à long terme avec une plateforme forte nous permet aussi d’établir des stratégies sur le long terme."

partages
commentaires
Chilton - Je chérissais les jours où j'arrivais à battre Bianchi

Article précédent

Chilton - Je chérissais les jours où j'arrivais à battre Bianchi

Article suivant

Visuels - Trois livrées imaginaires pour Melbourne de la Renault R.S.16

Visuels - Trois livrées imaginaires pour Melbourne de la Renault R.S.16
Charger les commentaires