Renault a de la compassion pour Williams

partages
commentaires
Renault a de la compassion pour Williams
Par :
21 févr. 2019 à 10:30

Le responsable châssis de Renault F1, Nick Chester, a déclaré qu'il était facile d'avoir de la compassion pour Williams quand on a "vécu" les constructions de voitures et que l'on sait à quel point le processus est difficile.

La Williams FW42 n'a débuté les essais de pré-saison que ce mercredi après-midi, George Russell réalisant 23 tours au volant d'une monoplace encore pas totalement équipée des pièces prévues pour la saison à venir, pour ce qu'il a qualifié de "shakedown".

Renault avait reconnu la semaine passée que la date butoir serait peut-être difficile à tenir, même si l'écurie avait réussi, et quand il a été demandé à Nick Chester s'il était facile d'avoir de la compassion pour Williams, il a répondu : "Oh oui, absolument. C'est vraiment difficile. Tant que vous n'avez pas vécu plusieurs constructions de voitures, vous ne réalisez pas à quel point c'est difficile et le nombre de pièces qui sont fournies à la dernière minute."

Lire aussi :

"Les gars de la production font un travail absolument fantastique et ils réalisent des milliers de pièces dans une période de deux ou trois semaines. Ils ont tout qui tourne quasiment en même temps et c'est très, très chargé. Il suffit d'un ou deux problèmes pour avoir quatre ou cinq jours de retard, donc c'est un grand challenge."

Les équipes de F1 ont eu des difficultés à respecter leur programme cette année en raison des modifications tardives effectuées sur la réglementation technique. En plus, les essais hivernaux ont démarré une semaine plus tôt par rapport à l'an passé.

"[Le retard dans la construction de Renault] a probablement été une sorte de réaction à la définition tardive du règlement", a expliqué Chester. "Les équipes ont poussé jusqu'à tard pour tirer le meilleur parti de la réglementation, puis tout a été un peu écrasé entre les constructions. Et la saison a avancé. Le mélange des deux a rendu l'hiver difficile."

Lire aussi :

Concernant Williams, une partie du retard pris peut-elle être rattrapée en se concentrant sur des domaines de travail essentiels ? "Il y a des moyens de réduire [le programme]. Vous pouvez classer par ordre de priorité tous vos éléments de test et dire : 'OK, ceux-là sont un peu plus mineurs, nous allons nous en passer'."

"Je pense que ce qui est difficile, c'est que vous avez vraiment besoin, si vous le pouvez, de votre kilométrage total pour la fiabilité. Ça nous a beaucoup aidés l'année dernière. Vous avez besoin de temps dans la voiture pour la comprendre, afin, lors de chaque run, d'avoir la chance d'en apprendre un peu plus et que les pilotes s'y habituent. Il y a des moyens de le condenser, mais ça fait encore mal aux jours manquants."

Article suivant
Photos - Jeudi à Barcelone

Article précédent

Photos - Jeudi à Barcelone

Article suivant

Hamilton : "Injuste" d'attendre Leclerc comme un candidat au titre

Hamilton : "Injuste" d'attendre Leclerc comme un candidat au titre
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Fabien Gaillard
Be first to get
breaking news