Rentrée des classes pour les pilotes tricolores

Le Championnat du Monde de Formule 1 reprend ses droits cette semaine à l’occasion du Grand Prix d’Australie, à Melbourne

Le Championnat du Monde de Formule 1 reprend ses droits cette semaine à l’occasion du Grand Prix d’Australie, à Melbourne. Jules Bianchi, Jean-Eric Vergne et Romain Grosjean espèrent partir du meilleur pied dès cette première levée.

Romain Grosjean parviendra-t-il à se montrer aussi performant qu’à la fin de la saison 2013 ? Jean-Eric Vergne pourra-t-il s’inviter régulièrement dans les points ? Jules Bianchi engrangera-t-il ses premiers points en F1 ? Voilà quelques unes des questions qui se posent concernant nos représentants en F1, à l’orée de l’édition 2014. Avec l’arrivée d’une nouvelle réglementation, notamment l’intronisation du moteur V6 hybride turbo 1.6, toutes les cartes sont redistribuées et les pilotes tricolores vont également être soumis à cette règle.

Lors des essais de pré-saison, aucun des trois n’a pu se mettre en évidence. Suite aux problèmes rencontrés par le nouveau moteur Renault, Romain Grosjean et Jean-Eric Vergne ont assez peu roulé, tandis que Jules Bianchi n’avait quasiment pas tourné lors de la première des trois sessions d’essais. Leurs écuries figurent d’ailleurs aux 8e, 10e et 11e rang des équipes ayant effectué le plus de kilomètres cet hiver. Mais, en termes de performance et de déroulement de course, tous les espoirs sont permis.

Le plus optimiste est très certainement Jean-Eric Vergne. Le Francilien, qui affirme que Melbourne est l’un de ses trois Grands Prix préférés, aborde sa troisième saison en Formule 1. Plus mûr, épanoui, il a réalisé de bons essais hivernaux, malgré les difficultés éprouvées par les écuries motorisées par Renault. Rapide, affûté, il est prêt à se montrer sous son meilleur jour. Et il le devra, dans une filière Red Bull où les pilotes n’ont que peu de temps pour se faire une place au soleil. Devancé par Daniel Ricciardo dans la quête d’un volant chez Red Bull, il peut profite de la révolution réglementaire 2014 pour se mettre en évidence, en prenant rapidement le meilleur sur son jeune équipier, Daniil Kvyat.

Jules Bianchi peut lui aussi fonder de bons espoirs avant cette saison. Auteur d’une prestation très honnête l’an dernier, il peut espérer que l’arrivée du moteur Ferrari dans sa Marussia (en lieu et place du bloc Cosworth) lui fasse gagner en performance. Partant de l’arrière de la grille, la jeune écurie a peu à perdre, et peut créer la bonne surprise grâce à l’arrivée du nouveau règlement. Avec un plateau de 22 voitures, et la variable mécanique en course, les chances de voir Jules Bianchi marquer ses premiers points en F1 se renforcent. D’autant que le Brignolais arrive mieux préparé que la saison passée, avec des essais hivernaux plus conséquents. L’objectif avoué de voir la Q2 et de viser les premiers points de l’écurie est possible et Jules Bianchi espère être le premier pilote Marussia à pouvoir fêter cela.

Romain Grosjean est sans doute celui des trois pilotes français le plus en difficulté. Ecurie du top 4 l’an dernier, Lotus a vécu un hiver agité et ne s’est pas présentée à la première session d’essais. Par la suite, elle a rencontré différents problèmes, en particulier liés au moteur, mais pas seulement. Romain Grosjean ne s’estime pas prêt et la série de podiums réalisée en fin de saison dernière semble bien loin. Conscient du retard pris pendant l’hiver, le Tricolore espère toutefois trouver de la fiabilité à Melbourne, et marquer des points. C’est tout le mal souhaité aux trois anciens membres de l’Equipe de France FFSA.

Avec la FFSA

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean , Daniel Ricciardo , Jules Bianchi , Jean-Éric Vergne , Daniil Kvyat
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités