Rétro 2017 - Le désastre Ferrari à Singapour

C'était il y a quatre ans : au départ du Grand Prix de Singapour, Sebastian Vettel sabordait en grande partie ses chances de titre mondial avec Ferrari, provoquant un carambolage inattendu.

Rétro 2017 - Le désastre Ferrari à Singapour

Il y a quatre ans, la course au titre avait pris une tournure désagréable pour Sebastian Vettel en raison d'un carambolage au départ du Grand Prix de Singapour avec la Red Bull de Max Verstappen et son propre coéquipier Kimi Räikkönen. Revenons sur cette édition 2017, qui a souvent été décrite comme le début de la descente aux enfers pour la Scuderia dans sa quête de titre mondial face à Mercedes. 

Le scénario 

Vettel s'est qualifié en pole position, avec son rival pour le titre Lewis Hamilton – qui restait sur deux victoires consécutives – seulement cinquième. Vettel avait perdu la tête du championnat lors de la course précédente à Monza, et était motivé à reprendre l'avantage. Verstappen était deuxième sur la grille devant son coéquipier Daniel Ricciardo et la seconde Ferrari, celle de Räikkönen.

Malgré une averse juste avant la course, c'est un départ arrêté qui a eu lieu, et Räikkönen a pris le meilleur envol du top 4, de loin, se hissant à la hauteur de Verstappen. Or, sa roue arrière droite a heurté l'avant gauche du Néerlandais, car Vettel avait donné un coup de volant vers la gauche, plaçant la Red Bull dans un sandwich Ferrari. Verstappen avait pris le deuxième meilleur départ, était donc à côté de Vettel lui aussi, et les trois voitures se sont accrochées : celle de Räikkönen (sur trois roues) a fait un demi-tête-à-queue et a percuté de plein fouet le côté gauche de celle de Vettel.

Bien que restant en tête l'espace de quelques virages, Vettel est ensuite parti en tête-à-queue à cause des dégâts. Les trois protagonistes ont été contraints à l'abandon, ce qui a ouvert la porte à une nouvelle victoire de Hamilton ; le pilote Mercedes a creusé l'écart au championnat et a remporté le titre à la fin de la saison.

Ce qu'ils ont dit

Sebastian Vettel : "Nous avons fait notre départ, tout le monde essayait de faire son départ, et ça s'est très mal terminé pour nous trois. C'est la course. Ces choses-là arrivent, on n'y peut pas grand-chose ; par conséquent, il ne sert à rien de les regarder encore et encore. Chaque départ est différent, et même si on regarde celui-là encore et encore, c'est fait. C'est très malheureux pour nous trois, mais il faut tourner la page."

Max Verstappen, lui, s'est montré très clair sur l'identité du responsable : "C'est principalement Sebastian. Il s'est mis à me tasser, peut-être qu'il n'a pas vu Kimi sur la gauche. Ce n'est pas une excuse : si l'on se bat pour le titre mondial, il ne faut pas prendre le risque de tasser quelqu'un à ce point. À quoi s'attend-il ? Quand on se bat pour le titre mondial, il ne faut pas faire ça. Ce n'était pas très malin. J'ai essayé de lever le pied car je l'ai vu venir, mais les pneus arrière sont plus larges que les pneus avant, donc je ne pouvais pas m'échapper. J'étais au milieu sans avoir rien fait de mal. J'essayais juste de faire un départ propre."

Fidèle à lui-même, Kimi Räikkönen était peu loquace : "Je ne pense pas que j'aurais pu faire quoi que ce soit pour changer le résultat final, à part prendre un mauvais départ et ne pas être à cet endroit. Et ce n'est pas vraiment ma faute."

Les commissaires de course n'ont infligé aucune sanction à la suite de l'enquête menée après la course. Mais au niveau du championnat, c'était un coup dur pour Vettel et Ferrari. 

partages
commentaires
Daniel Ricciardo, la transformation estivale
Article précédent

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Article suivant

Ricciardo : "Quelque chose s'est emparé de moi"

Ricciardo : "Quelque chose s'est emparé de moi"
Charger les commentaires