Le revêtement "super glissant" de Portimão ne ravit pas Verstappen

Max Verstappen s'est montré très critique envers le revêtement du circuit de Portimão. Après avoir participé aux deux premières séances d'essais libres du Grand Prix du Portugal, le pilote Red Bull a pointé du doigt le manque d'adhérence de la piste.

Le revêtement "super glissant" de Portimão ne ravit pas Verstappen

L'an dernier, le circuit de Portimão fraîchement resurfacé avait posé problème aux pilotes tout au long du week-end du Grand Prix du Portugal. Le faible niveau d'adhérence s'est surtout fait remarquer le jour de la course. Des températures très basses et une fine averse ayant frappé le circuit avant le départ de la course ont complexifié davantage le travail des pilotes.

Les conditions de piste auraient dû être bien meilleures cette année, la date du GP du Portugal passant de l'automne au printemps. Cependant, les pilotes ont une nouvelle fois connu des difficultés à Portimão et ont fait part de leur frustration, comme ce fut le cas de Max Verstappen. Malgré des conditions jugées difficiles, le pilote Red Bull a décroché le deuxième temps de la seconde séance d'essais libres du vendredi, à un dixième de son rival pour le titre mondial, Lewis Hamilton.

"[C'est] encore très délicat avec le revêtement qui est super glissant", a commenté Verstappen. "Je sais que c'est la même chose pour tout le monde mais le pilotage n'est pas très agréable. Le feeling dans la voiture était bon mais il y a encore du travail à faire pour demain."

Malgré la tenue d'autres événements sportifs depuis le Grand Prix du Portugal 2020, dont le Grand Prix moto du Portugal remporté par Fabio Quartararo, Verstappen estime que les conditions sont "très similaires" à celles de l'année dernière. Et selon le Néerlandais, la réduction de l'appui aérodynamique à l'arrière des monoplaces et la nouvelle structure des pneumatiques Pirelli n'expliquent pas cette forte perte d'adhérence.

"Bien sûr, les pneus ont changé, et bien sûr nous avons perdu un peu d'appui par rapport à l'année dernière", explique-t-il. "Mais c'est vraiment compliqué [en piste]. C'est dommage parce que tout se joue sur la préparation des pneus et leur mise en température. Ça ne devrait pas être comme ça. Mais comme je l'ai déjà dit, c'est la même chose pour tout le monde."

Lire aussi :

La frustration de Verstappen est partagée par Hamilton. L'auteur du meilleur temps provisoire du week-end avance l'hypothèse selon laquelle Pirelli a été trop conservateur dans ses choix de gommes pour Portimão. Le manufacturier a apporté les composés C1, C2 et C3, les trois pneus les plus durs de la gamme.

"On a l'impression que nous sommes venus [au Portugal] l'année dernière avec des pneus trop durs, et nous revenons ici cette année avec plus ou moins les même pneus", peste Hamilton. "Selon moi, les composés sont trop durs. Je pense que le milieu de gamme, C2, C3 et C4, aurait été meilleur. Mais tout le monde dispose des mêmes gommes, donc on s'en sortira d'une manière ou d'une autre."

Dans le second garage Red Bull, Sergio Pérez a terminé la journée en dixième position, accusant un retard d'une demi-seconde sur Verstappen. Le pilote mexicain a révélé avoir rencontré des difficultés avec ses pneus, compte tenu des conditions de piste difficiles, et travaillera dans la nuit du vendredi à samedi sur des pistes d'amélioration.

"Principalement, [les conditions] sont très similaires à ce que nous avons vu l'année dernière, au niveau du revêtement", a déclaré Pérez. "Il est assez difficile de faire fonctionner les pneus dans ces conditions. L'objectif principal [du week-end] sera donc de comprendre ce qui se passe avec les pneus. Je pense que le rythme avec les mediums était bon. Mais ensuite, quand nous avons chaussé les tendres, nous avons manqué de performance. Nous devons analyser ce qui n'allait pas sur ce jeu, j'espère que ce sera réglé avant les qualifications."

partages
commentaires

Related video

Les Alpine dans le top 8 et de l'optimisme pour Ocon
Article précédent

Les Alpine dans le top 8 et de l'optimisme pour Ocon

Article suivant

Imola 1994 : les derniers jours de Roland Ratzenberger

Imola 1994 : les derniers jours de Roland Ratzenberger
Charger les commentaires