Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego
Prime
Formule 1 Contenu spécial

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Par :

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Champion du monde de karting en 1974 et vainqueur du championnat F3 Europe en 1976, Riccardo Patrese est arrivé l'année suivante en Formule 1 avec Shadow. Il n'a pas fait d'étincelles mais a affiché de belles promesses et, en 1978 avec Arrows, il a vraiment imprimé sa marque. Si son moteur n'avait pas explosé dans les derniers tours, il aurait remporté le Grand Prix d'Afrique du Sud. Toujours compétitif, son meilleur résultat fut une deuxième place en Suède derrière Niki Lauda, dans une journée qui lui fit pourtant mauvaise presse.

Les concurrents de Patrese estimaient qu'il avait adopté en piste un comportement de pilote de F3, et ça ne leur plaisait pas. À Anderstorp, le flegmatique Ronnie Peterson était furieux devant la manière dont Riccardo l'avait empêché de le doubler.

partages
commentaires

Ferrari n'a pas fait une "erreur" en appelant Sainz au stand trop tôt

Mattia Binotto, directeur de la Scuderia Ferrari, assure que les stratèges de l'équipe n'ont pas commis une "erreur de jugement" en demandant à Carlos Sainz d'effectuer un undercut, ce dernier refusant l'arrêt pour prolonger son relais.

Alpine n'a cru au succès d'Ocon qu'à trois tours de l'arrivée

Les données d'Alpine montraient que Lewis Hamilton pouvait revenir sur Esteban Ocon et le doubler à Budapest. Fernando Alonso a joué un rôle fondamental en ralentissant le pilote Mercedes mais le pilotage d'Ocon a également fait la différence selon Marcin Budkowski, directeur exécutif de l'équipe française.

Michael Masi juge Spa suffisamment sûr malgré l'accident en GT3

Le directeur de course de la F1 estime que le circuit de Spa-Francorchamps offre un niveau de sécurité suffisant malgré le gros accident survenu dans les 24 Heures de Spa.

Comment Russell a évité une pénalité après avoir resquillé

Les stars de la Formule 1 le savent : s'ils ne s'infiltrent pas dans un espace qui existe, ils ne sont pas des pilotes de courses. Et quand George Russell a vu une énorme opportunité à la sortie des stands au GP de Hongrie, il a tenté le coup.

Wolff : L'accident de Bottas n'aura pas d'influence pour 2022

L'accident du départ au GP de Hongrie n'entrera pas en compte au moment de choisir entre Valtteri Bottas et George Russell pour la saison 2022, selon le patron de l'équipe Mercedes.

Fin des tests Pirelli en Hongrie, Pourchaire découvre l'Alfa Romeo

Pendant deux jours, Mercedes, Ferrari et McLaren ont testé les pneus 18 pouces de Pirelli sur le Hungaroring. En parallèle, Théo Pourchaire a effectué ses premiers tours en Formule 1 au volant de l'Alfa Romeo.

Comment s'est dessinée la victoire d'Ocon au GP de Hongrie Prime

Comment s'est dessinée la victoire d'Ocon au GP de Hongrie

Le Grand Prix de Hongrie 2021 est une course très spéciale qui, sans nul doute, rejoint la liste des plus beaux GP de l'Histoire de la Formule 1. L'événement s'est divisé en trois intrigues, et toutes plongent leurs racines dans le spectaculaire carambolage du premier tour.

C'était un 4 août - Le dernier chef d'œuvre du maestro Fangio

Lors du Grand Prix d'Allemagne 1957 disputé sur le Nürburgring, Juan Manuel Fangio (Maserati) a signé probablement sa victoire la plus exceptionnelle, qui fut aussi sa dernière en F1, en jouant un bon tour aux Ferrari de Mike Hawthorn et Peter Collins.

Le second départ de Bakou plébiscité par les pilotes

Article précédent

Le second départ de Bakou plébiscité par les pilotes

Article suivant

Alguersuari : "Il m'a fallu dix ans pour clore le chapitre F1"

Alguersuari : "Il m'a fallu dix ans pour clore le chapitre F1"
Charger les commentaires