Ricciardo sous le choc après son élimination en Q2

Daniel Ricciardo peine à trouver une explication à sa 13e position aux qualifications du Grand Prix de Styrie, neuf places derrière son coéquipier Lando Norris.

Ricciardo sous le choc après son élimination en Q2

Dès les premiers tours de roue du week-end du Grand Prix de Styrie, Daniel Ricciardo a été très performant. Mais en dépit de sa deuxième place en Essais Libres 2, le pilote McLaren est une nouvelle fois passé à côté de ses qualifications. En entrant dans le top 3, Lando Norris a facilement validé son ticket pour la Q3, or son coéquipier n'a pas pu faire mieux que le treizième temps, avec plus d'une demi-seconde de retard.

Lire aussi :

Cette perte de performance en l'espace d'une nuit est d'autant plus frustrante pour Ricciardo car l'Australien n'en connaît pas l'origine. "En fait, c'est un peu un mystère", a-t-il répondu. "Nous étions rapides [vendredi]. Je sais que ce ne sont que des essais, je ne m'attendais pas à me battre pour la pole position. Mais nous étions très à l'aise. [En qualifications], nous avons pris la piste et nous étions une seconde plus lent, à peu près. Je pense que les qualifications sont aussi une conséquence [des EL3], nous n'étions pas dans le rythme."

"Pourquoi ? Je ne sais pas. C'est vraiment frustrant. Nous allons évidemment essayer de comprendre pourquoi et comment ça n'a pas marché. Ce n'est pas comme si nous avons perdu beaucoup de temps à un endroit particulier. C'est partout sur le circuit. J'ai eu l'impression de ne pas pouvoir exploiter tout le potentiel de la voiture."

Compte tenu du rythme de Ricciardo le vendredi, McLaren n'a pas jugé utile de modifier tous les réglages de la MCL35M en marge des qualifications. Selon l'ancien pilote Renault, sa contre-performance s'explique par les difficultés éprouvées en tentant d'approcher la limite.

"Nous avons un peu peaufiné les réglages", a-t-il ajouté. "Mais rien de fou, rien qui puisse expliquer notre performance. Dans les portions rapides, j'ai essayé de garder un peu plus de vitesse. Mais j'ai aussi senti que je me rapprochais des limites de la piste et j'avais vraiment du mal à ne pas les dépasser. À ce moment-là, j'ai senti que j'étais à la limite. Mais les temps au tour n'ont jamais vraiment augmenté, il ont simplement gravité autour d'une même zone."

Bien que Ricciardo ait un choix libre pour les pneumatiques qu'il utilisera dans son premier relais, sa course s'annonce difficile. Le pilote McLaren a néanmoins convenu que le fait d'avoir un second week-end de Grand Prix sur le Red Bull Ring lui donnerait une chance de résoudre les problèmes ayant impacté ses qualifications.

"Je pense que revenir la semaine prochaine sera une bonne chose. Mais après le [GP de France], j'étais assez content de mes progrès. En essais libres, je me disais : 'Très bien, tout se met en place'. Et puis vous avez un jour comme aujourd'hui où rien ne va. Je ne sais pas vraiment comment tout cela est arrivé. C'est pourquoi, évidemment, je ne suis pas heureux."

partages
commentaires

Related video

Wolff trouve "bizarre" l'agacement de Red Bull autour du moteur Honda

Article précédent

Wolff trouve "bizarre" l'agacement de Red Bull autour du moteur Honda

Article suivant

Alpine : "Ocon va s'en sortir, c'est certain"

Alpine : "Ocon va s'en sortir, c'est certain"
Charger les commentaires