Ricciardo : Trop tôt pour comparer Norris et Verstappen

Daniel Ricciardo voit en son équipier chez McLaren, Lando Norris, des traits similaires à ceux de Max Verstappen, notamment en vitesse pure, même s'il estime qu'il est trop tôt pour faire des comparaisons.

Ricciardo : Trop tôt pour comparer Norris et Verstappen

Daniel Ricciardo a connu dans sa carrière plusieurs coéquipiers jeunes, qu'il s'agisse de Daniil Kvyat en 2015-2016, Max Verstappen entre 2016 et 2018, Esteban Ocon en 2020 ou encore Lando Norris depuis le début de saison 2021. Ce dernier est l'une des stars de ce début de saison puisqu'il figure à la troisième position du classement pilotes, devançant notamment Sergio Pérez et Valtteri Bottas, pourtant armés de monoplaces plus rapides que la McLaren.

Ricciardo estime que s'il est trop tôt pour dresser des comparaisons entre Verstappen et Norris, il est tout de même possible de déceler des similitudes entre les deux pilotes. "Je pense que leurs personnalités sont très différentes", a-t-il déclaré dans un entretien exclusif pour l'édition italienne de Motorsport.com. "Mais disons que, pour le talent en piste, on voit juste que la vitesse pure est là. Je le vois avec Lando cette année. Il est peut-être un peu tôt pour le comparer à Max. Mais, clairement, il est très bon. Très, très bon."

Lire aussi :

L'Australien a connu une première moitié de campagne 2021 difficile dans sa nouvelle écurie McLaren, peinant à s'adapter à sa MCL35M et au style de pilotage requis pour être performant. Une impression forcément renforcée par les performances affichées en parallèle par Norris. Mais face à ces difficultés, Ricciardo estime que certains moments dans sa carrière, comme la pole position décrochée face à Verstappen au GP du Mexique 2018, l'ont assuré qu'il avait ce qu'il fallait pour se battre avec les meilleurs.

Revenant sur cet épisode mémorable de Mexico, qui a privé Verstappen de la chance de devenir le plus jeune poleman de la F1, Ricciardo a déclaré que c'était un marqueur important pour sa propre confiance en lui. Et ce fut d'autant plus agréable qu'il savait que les responsables de Red Bull étaient légèrement agacés qu'il ait privé Verstappen d'un accomplissement historique. "J'étais conscient de certaines choses, mais j'ai essayé de ne pas y prêter trop d'attention. Car je pense aussi que je n'ai jamais été une personne avec un état d'esprit négatif."

"Pour moi, je devais juste me concentrer sur le pilotage, et c'est tout. Mais c'est sûr, je savais que si Max avait la pole ce week-end-là, il serait le plus jeune poleman de l'Histoire, donc il y avait un record pour lui, un record pour Red Bull. Et c'est sûr que c'est une bonne chose pour la marque, l'équipe, la publicité et ça apporte des revenus. Donc, je comprends ce côté commercial, et c'est pour cette raison que j'ai choisi de ne pas m'énerver."

"Je me suis juste dit 'OK, c'est le business', et je sais que c'est du sport, mais c'est aussi du business. J'étais juste très content de moi, parce que l'année précédente, au Mexique, je pense que Max m'avait battu de près d'une seconde. C'était un week-end vraiment étrange. Et tout le week-end en 2018, il a été le plus rapide à chaque séance, et ensuite en Q3 j'étais là... venu de nulle part. C'est pour ça, j'étais juste fier de pouvoir encore le faire, vous savez. Et évidemment Max pilotait très, très bien. Ça m'a juste conforté dans la croyance que j'avais en moi."

partages
commentaires
Directrice du circuit de Spa, Nathalie Maillet meurt dans un drame familial
Article précédent

Directrice du circuit de Spa, Nathalie Maillet meurt dans un drame familial

Article suivant

Alonso : Alpine a perdu trop de terrain sur McLaren

Alonso : Alpine a perdu trop de terrain sur McLaren
Charger les commentaires