Ricciardo : Les discussions avec Ferrari sont restées basiques

Daniel Ricciardo a qualifié de "basiques" les discussions qu'il avait menées avec Ferrari il y a plus d'un an dans le cadre d'un hypothétique transfert.

Ricciardo : Les discussions avec Ferrari sont restées basiques

Parti du giron Red Bull fin 2018, Daniel Ricciardo a d'abord misé sur Renault pour s'inscrire dans un nouveau projet, mais le niveau du Losange pour sa première saison avait semé le doute dans son esprit. Tenté de changer à nouveau de crèmerie à l'issue de son contrat de deux ans avec l'équipe française, l'Australien a très rapidement saisi la perche tendue par McLaren au printemps 2020, déclenchée par la décision de Ferrari de remplacer Sebastian Vettel par Carlos Sainz. Il s'agissait là des négociations de transferts pour la saison 2021, et Ricciardo avait admis peu de temps après l'existence de contacts avec la Scuderia. Sans suite.

Longtemps, certains observateurs avaient imaginé une union quasi évidente entre Ricciardo et Maranello, mais Ferrari a jeté son dévolu sur Sainz pour venir faire équipe avec Charles Leclerc. Concernant les échanges avec les dirigeants italiens, ceux-ci n'ont en fait jamais dépassé le stade de la prise de température.

"Ça n'a jamais été assez proche au point qu'il y ait le moindre échange de papiers", révèle-t-il aujourd'hui auprès d'ESPN. "Il y a eu quelques appels téléphoniques mais même là, on n'est jamais entré dans les détails comme les chiffres, les années. Disons que l'on n'a jamais atteint l'étape 2. C'est toujours resté à un niveau basique."

"Il y a eu des discussions et tout un tas de choses, et c'est sûr que lorsqu'il n'y avait pas d'Italien sur la grille pendant quelques années, je crois que j'étais vu comme le plus proche et les gens disaient que ça collerait bien. Est-ce que ça se serait bien passé entre nous ? Oui, je le pense, mais je n'étais pas aveuglé par ça. C'est sûr que ça aurait été une belle histoire à raconter."

Lire aussi :

Désormais pilote McLaren, Daniel Ricciardo cherche à s'y installer durablement et traverse d'ailleurs une période d'adaptation délicate aux côtés d'un Lando Norris flamboyant. L'aventure Ferrari n'est plus d'actualité à ce jour, mais il assure que rejoindre le Cheval cabré n'a jamais été un rêve absolu.

"En grandissant, quand j'étais enfant et avant de courir, c'était Ferrari [que je soutenais]", admet-il. "Je suppose que nous étions une famille Ferrari, car mon père est né en Sicile, mais c'est à peu près tout. Et ceci étant dit, mon père était aussi un grand fan de Senna, donc nous ne vivions pas que pour Ferrari. J'avais quelques produits dérivés Ferrari, mais ce n'était pas mon rêve de courir pour eux. Mon rêve a toujours été d'être en Formule 1."

partages
commentaires
La F1 peut-elle se passer des souffleries ?
Article précédent

La F1 peut-elle se passer des souffleries ?

Article suivant

Norris adorerait participer aux 500 Miles d'Indianapolis

Norris adorerait participer aux 500 Miles d'Indianapolis
Charger les commentaires