Ricciardo : Les F1 sont trop larges pour pouvoir dépasser

partages
commentaires
Ricciardo : Les F1 sont trop larges pour pouvoir dépasser
Andrew van Leeuwen
Par : Andrew van Leeuwen
1 avr. 2018 à 14:30

Daniel Ricciardo estime que la largeur des Formule 1 actuelles joue un rôle dans le manque de dépassements en discipline reine.

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing, lors de la parade des pilotes
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, et Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, devant Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Charles Leclerc, Sauber C37 Ferrari, en lutte avec Lance Stroll, Williams FW41 Mercedes
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 en lutte
Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09 EQ Power+ et Sergio Perez, Force India VJM11 en lutte
Marcus Ericsson, Sauber C37 et Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR13 en lutte
Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09 EQ Power+ et Esteban Ocon, Force India VJM11 en lutte

La Formule 1 connaît une baisse du nombre de dépassements depuis le passage à des monoplaces plus larges et avec plus d'appui, l'épreuve d'ouverture de la saison 2018 à Melbourne n'ayant produit qu'une poignée de véritables dépassements en piste.

Alors que beaucoup de choses ont été dites sur l'aéro et son effet sur les voitures suivantes, Ricciardo explique que la largeur des voitures joue un rôle dans le fait que les manœuvres soient plus compliquées.

"Désormais, je pense que les pneus larges et les voitures larges prennent beaucoup de place sur la piste", a-t-il déclaré à Motorsport.com. "C'est difficile de trouver de l'air propre. C'en est à un point où je pense que certains que certains circuits vont être abîmés par la course."

"Je pense que les voitures plus étroites étaient super. C'est comme en moto, comme elles sont étroites, il y a toujours de la place pour passer. Et elles tournent 30 secondes moins vite par rapport à nous. Je pense que ça prouve que ce n'est pas une question de temps au tour. Il faut la capacité à faire la course, parce que c'est du spectacle."

Selon Ricciardo, la version 2014 des monoplaces à faible appui qui ont eu cours entre 2009 et 2016 était la meilleure en termes de course et de temps au tour. "Ouais, elles étaient lentes pour nos standards, mais pour un spectateur, ce n'était pas nécessairement différent. Mais la course... vous pouviez suivre, vous pouviez passer. Au niveau des dépassements, j'ai trouvé que c'était bien en 2014."

"Aérodynamiquement, elles sont très fortes aujourd'hui. Quand on regarde les pontons de la voiture, il y a tellement de pièces. C'est fou, mais tout ce que ça fait c'est que la voiture derrière est en grande difficulté. C'en est rendu à un point maintenant où, à Barcelone, nous allons vite. Virage 2, 3, c'était à fond, le virage 9 était à fond. Donc c'est impressionnant, mais plus nous allons vite, plus il est difficile de dépasser et plus il est difficile de suivre de près."

"Donc est-ce que nous voulons voir des voitures qui font 1'22 au lieu de 1'25, mais qui ne peuvent pas faire la course le dimanche ? Ou voulez-vous voir des voitures plus lentes mais qui peuvent faire la course ? Bien sûr, il faut qu'elles soient quand même rapides, mais il y a un équilibre."

Ricciardo juge aussi qu'en termes d'économie des coûts, la simplification de la réglementation moteur est la première chose à faire. "Je ne comprends pas un moteur de base, mais ceux-ci assurément pas. Et je pense que beaucoup d'argent est investi dedans et sans vraiment de raison."

"Bien sûr, avec certaines choses, l'industrie automobile peut apprendre un peu. Mais je pense qu'il y a beaucoup [d'argent] gaspillé sur la technicité, et ce n'est pas bon. Probablement que l'unité de puissance est là où il faut commencer [l'économie des coûts]. Et ensuite, je ne sais pas. Moins de moteurs ? C'est déjà le cas aujourd'hui. Ils réduisent les tests pour économiser de l'argent mais ensuite tout le monde bâtit des simulateurs à plusieurs millions de dollars. Je pense [que la solution] est d'être raisonnable, qu'importe ce que cela implique."

Prochain article Formule 1
Hartley ne doute pas des capacités de Honda en course

Previous article

Hartley ne doute pas des capacités de Honda en course

Next article

Renault doute de la possibilité de geler les modes moteur

Renault doute de la possibilité de geler les modes moteur

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo Shop Now
Équipes Red Bull Racing
Auteur Andrew van Leeuwen
Type d'article Actualités