Ricciardo veut gagner le titre "en étant le meilleur" cette année-là

Tout pilote F1 aspire à remporter la couronne mondiale, mais Ricciardo souhaite le faire avec la manière, en asseyant sa réputation, et en battant Lewis Hamilton.

Il s’agit sans doute de la question qui lui a été la plus posée ces derniers mois : comment Daniel Ricciardo évalue-t-il la situation interne chez Red Bull Racing en 2018, en sachant l’empressement mutuel qu’ont eu Max Verstappen et l’équipe à prolonger leur collaboration pour plusieurs années supplémentaires dès la fin de saison dernière ?

Inlassablement, l’Australien répète qu’il n’envie pas spécifiquement la situation de son équipier, désireux qu’il est de lui-même contrôler son agenda et de se faire une idée de la hiérarchie 2018 et des nombreuses options disponibles pour la suite de sa carrière − options dont Red Bull fait bien entendu partie.

"C’était plus que le timing était très tôt et, au début, je me suis dit : 'Ils lui ont payé une belle somme' alors je lui ai fait me payer un dîner !" plaisante Ricciardo, interrogé par Racer sur son état d’esprit au moment où il a appris la reconduction de Verstappen avec l’équipe. "Mais bien sûr, je ne vais pas parler d’argent, je ne connais pas la véritable situation. C’est plus le timing, vous savez, et le fait que je crois que son contrat courait déjà sur une année de plus que le mien, donc oui, je pense que j’ai été surpris par le timing !"

"De mon point de vue personnel, je n’ai pas eu d’inquiétude quant au fait que le team puisse aller totalement dans la direction de Max. Bien entendu, on me pose la question, mais je n’ai pas pensé comme ça, ce n’est pas mon état d’esprit. Et comme je l’ai dit, à chaque fois que l’un ou l’autre avons eu du succès ou gagné, le team a été heureux pour nous ; je ne pense pas qu’ils aient une plus grande réaction quand il gagne par rapport à quand je gagne. Je ne suis pas inquiet à ce sujet."

Vettel, plus simple à gérer que Verstappen

De récents propos concernant le niveau d’adversité rencontré face à Verstappen chez Red Bull ont amené Ricciardo à décrire celui-ci comme le plus coriace coéquipier auquel il a été opposé, rappelant ainsi ne pas s’être senti menacé de la même manière par Sebastian Vettel, qu’il avait battu sur leur unique saison de collaboration. Il faut dire qu'au-delà du niveau respectif de chaque pilote, c'est surtout la dynamique de la jeune carrière de Verstappen qui sert de référence aujourd'hui.

"Bien entendu, mon année avec Seb a été une assez bonne année ! Je pense aussi que pour moi, ce fut une révélation, cette année-là. Elle a été géniale et c’est difficile à reproduire, car je suis passé du fait d’être un pilote F1 à l’un des pilotes vus comme étant au top aux yeux des gens. Ça m’a positionné et comme j’ai tiré le meilleur de la situation avec Seb, je dirais que oui, Seb a été plus facile à gérer que Max."

"Je pense aussi qu’avec Max, qui est jeune, on aime à penser que plus on gagne en âge, moins on a à apprendre – même si l’on continue à le faire. Max a encore tant d’années d’expérience à gagner que sa marge de croissance est probablement supérieure à celle de quelqu'un comme Seb."

Contractuellement parlant, Ricciardo arrive au terme de son entente avec Red Bull à la fin de la saison 2018. Les portes de nombreux teams sont potentiellement ouvertes, et deux facteurs d’intérêt peuvent essentiellement déterminer ce que l’Australien fera dans le futur : le niveau de performance de chaque équipe et les projets mis en place par celles-ci, ainsi que le nom de l’équipier auquel il se trouverait associé. La dynamique en place chez Red Bull fait que ni Ricciardo ni l’équipe ne se mettent mutuellement de pression pour renouveler leur entente dès maintenant. Le sujet sera néanmoins très bientôt sur la table.

"Je ne veux traiter la situation comme si j’étais le gros morceau qui contrôle toutes les cartes et que tout le monde doit écouter en attendant ma décision. Mais oui, j’ai brièvement parlé avec Red Bull depuis la fin de la saison, et ils ne m'ont pas donné d'ultimatum, ils ne m’ont pas mis un contrat devant moi et dit : 'Signe-le cette semaine ou on va de l’avant'. Ils ont été gentils et m’ont donné du temps ; ils comprennent que je souhaite voir où nous en sommes avec les essais hivernaux et une ou deux premières courses."

"Et oui, je pense que la seule raison pour laquelle on me demande si j’ai signé un contrat est le fait que Max a signé. Mais si Max n’avait pas encore entériné de deal, je ne pense pas qu’on me le demanderait tant. Le faire une année en avance reste très tôt, et je pense qu’attendre octobre, c’est trop tard, mais qu’en avril, après une paire de courses, on entendra un peu plus de choses sur ce qui pourra se passer."

Le défi Hamilton

Ricciardo se dit en tout cas attiré par l’idée de se confronter à un gros défi personnel, au-delà du fait de disposer de l’un des meilleurs packages du plateau pour tenter de coiffer la couronne mondiale.

"Je n’ai jamais été trop préoccupé par le type d’équipier [que je peux avoir, ndlr]. Les gens pensent probablement que je suis 'allumé de la tête 'pour ça, mais j’aimerais un équipier rapide pour deux raisons : déjà parce que ça te fait puiser plus en toi-même, et parce que c’est plus une véritable évaluation d’à quel point tu es bon."

"Oui, je suis dans ce sport pour gagner, mais pour gagner en étant le meilleur. Si je veux gagner un titre, je veux me dire que j’ai été le meilleur gars cette année-là. Pour être le meilleur, il faut se frotter aux meilleurs, et j’en ai certainement un d’eux à mes côtés actuellement avec Max. J’aimerais me confronter à Lewis à un moment donné ; peu importe la situation d’équipe. Ce serait divertissant !"

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités
Tags carrière, contrat, duel, equipier