Ricciardo s'est souvent senti "comme un passager" en 2022

Alors que son aventure avec McLaren arrive doucement à son terme, Daniel Ricciardo a révélé qu'il n'avait jamais vraiment été en mesure de dompter la MCL36 cette saison.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL36

Daniel Ricciardo va bientôt pouvoir clore le malheureux chapitre de la saison 2022. Dans l'incapacité de rivaliser avec son coéquipier Lando Norris, l'Australien, qui a perdu sa place chez McLaren l'an prochain au profit d'Oscar Piastri, a à cœur malgré tout de finir son aventure à Woking sur une bonne note, et une très bonne copie a été rendue au Grand Prix de Mexico.

Bien qu'il ait déjà décroché un meilleur résultat du point de vue statistique, Ricciardo a réalisé sa plus belle performance de l'année sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez en se maintenant à la septième place malgré une pénalité de dix secondes, au terme d'un festival de dépassements.

Pour la première fois de la saison, Ricciardo s'est senti à l'aise dans sa monoplace. "Mieux vaut tard que jamais", a-t-il lancé après la course à Mexico. "Je vais en profiter et apprécier que nous ayons pu rouler à notre rythme et que ç'ait été génial. J'espère que ça veut dire que ce sera pareil lors des deux prochaines courses."

"Je ne veux pas être négatif, je ne veux même pas me tourner vers l'avenir, je veux simplement profiter d'aujourd'hui. J'espère que nous avons appris quelque chose. Lors des arrivées dans les points, même l'année dernière, j'ai l'impression que nous défendions plus que nous attaquions. C'est donc agréable d'avoir fait une course d'attaque, surtout pour moi, en ayant senti que je pouvais attaquer un peu plus avec cette voiture."

Daniel Ricciardo, McLaren MCL36

Daniel Ricciardo, McLaren MCL36

Aussi étrange que cela puisse paraître, la performance de Ricciardo fait directement suite à l'une de ses sorties les plus décevantes. Au Grand Prix des États-Unis, sur un circuit d'Austin qu'il affectionne, il avait été éliminé dès la Q1 avant de terminer 16e en course, avec dix places et près de 40 secondes de retard sur Norris.

"C'est atypique que je me sente comme ça dans un endroit comme Austin", a reconnu Ricciardo. "Il y a beaucoup de choses que j'aime dans ce week-end, il faut donc qu'il soit très mauvais pour que je me sente comme ça."

En difficulté avec sa McLaren MCL36 tout au long de la saison, Ricciardo a expliqué qu'il n'avait que rarement pu se sentir suffisamment à l'aise à son volant pour en extraire toutes les performances : "Il y a eu beaucoup de fois où je me suis senti un peu comme un passager, d'une certaine manière."

"J'ai l'impression d'avoir travaillé avec si peu d'adhérence que le talent n'a pas aidé, aussi grand était-il. Donc c'est à ce niveau que je me suis senti un peu impuissant par moments. On a l'impression que l'on ne peut pas vraiment montrer de quoi on est capable, parce que l'on n'est pas au niveau des autres. Alors je suis heureux de pouvoir au moins m'appuyer [sur mon talent], attaquer, avoir du rythme et faire de bons temps [au GP de Mexico]. J'aurais aimé que ce soit comme ça plus souvent."

"Je sais toujours que je peux [être performant], c'est difficile quand on ne peut pas l'être tous les week-ends. C'est un peu comme avec [Sebastian] Vettel en ce moment, il fait de superbes courses, alors les gens s'interrogent sur sa décision de prendre sa retraite. Je pense que chacun d'entre nous peut encore [être performant] quand tout nous sourit. Évidemment, la régularité manque pour une raison quelconque. Mais j'aime toujours [la F1] et je veux toujours être devant."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Verstappen : "Je ne me vois pas rouler jusqu'à 40 ans"
Article suivant Horner : "Verstappen n'a pas toujours les éloges qu'il mérite"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse