Grosjean huitième... sans télémétrie !

partages
commentaires
Grosjean huitième... sans télémétrie !
Par : Benjamin Vinel
7 oct. 2018 à 09:10

Romain Grosjean a obtenu la huitième place du Grand Prix du Japon malgré plusieurs problèmes techniques sur sa Haas VF-18.

Auteur d'une performance remarquable en qualifications, Romain Grosjean occupait la cinquième place de la grille de départ et s'est maintenu à cette position en début de course, brièvement dépassé par un Sebastian Vettel qui est ensuite parti en tête-à-queue suite à son contact avec Max Verstappen.

Tout au long du Grand Prix, le pilote Haas a mené la bataille du milieu de tableau avant d'être finalement surpassé par la Force India de Sergio Pérez, dotée de pneus tendres, au 42e tour. Grosjean a finalement dû résister à Ocon, mais a sauvé la huitième place. 

Lire aussi:

"Une belle course !" s'exclame le Français au micro de Canal+. "On a eu plein de soucis techniques sur la voiture, dont le fait qu’elle n’allait absolument pas droit dans les lignes droites. Je me suis demandé si quelque chose n’avait pas cassé à l’arrière, avec la suspension qui bougeait."

"Ce problème technique, honnêtement, après trois tours, j’ai cru qu’on abandonnait. La voiture était vraiment compliquée à conduire donc je suis content d’avoir conservé Esteban derrière, de marquer des points. Mais ce n'est pas top que Renault en marque aussi et que l’on n’en marque pas autant qu’on doit. Le côté frustrant après, c’est que les mecs devant peuvent faire trois tête-à-queue et ils finissent toujours devant nous."

Romain Grosjean, Haas F1 Team, dans le parc fermé
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18, bataille avec Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11 et Charles Leclerc, Sauber C37

Grosjean demeure perplexe quant au moment où Pérez a pris l'avantage : "Le restart du VSC, je suis à plus de 0"3 par rapport au delta du temps annoncé, il est 2"4 derrière, donc au mieux il doit être à 2"1, et au moment où mon écran s’éteint, quand on repart, il est à côté de moi et il me double. Pour moi ce n’était pas normal, je savais que s’il était derrière j’avais une chance de l'y maintenir. À partir du moment où il était devant, ce n’était pas possible avec les pneus mediums qui avaient refroidi."

La performance du pilote Haas est magnifiée par le fait que sa monoplace ne disposait d'aucune télémétrie, ce qui empêchait l'écurie américaine de disposer de données cruciales, comme l'explique son directeur Günther Steiner. 

Lire aussi:

"Nous n'avions pas de télémétrie pour la température des pneus ou quoi que ce soit, car il y a eu un feu – de l'huile a fui et a brûlé tous les câbles", révèle Steiner. "Nous n'avions pas de données sur la température des pneus, sur la pression des pneus, nous ne savions pas à quel point les pneus étaient chauds – il nous manquait beaucoup de choses. Quand il nous disait que la voiture avait un problème en ligne droite, je ne savais pas de quel côté. Nous avons pensé qu'il avait peut-être crevé à cause des débris de Magnussen, mais non. Ça a été comme ça pendant toute la course."

Toujours est-il qu'avec ces quatre points, Haas réduit un peu plus l'écart sur Renault au championnat des constructeurs, avec seulement huit longueurs de retard désormais.

Prochain article Formule 1
Vidéo - L'accrochage entre Verstappen et Vettel à Suzuka

Article précédent

Vidéo - L'accrochage entre Verstappen et Vettel à Suzuka

Article suivant

Leclerc incrédule face à la défense "très dangereuse" de Magnussen

Leclerc incrédule face à la défense "très dangereuse" de Magnussen
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Japon
Catégorie Course
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Réactions