Ron Dennis - Alonso n'a pas demandé à être numéro 1

Il y a 8 ans, c'était plein d'ambition que Fernando Alonso avait rejoint McLaren pour la saison 2007 de Formule 1

Il y a 8 ans, c'était plein d'ambition que Fernando Alonso avait rejoint McLaren pour la saison 2007 de Formule 1. Le partenariat entre le double Champion du Monde et l'écurie anglaise avait pourtant rapidement tourné au vinaigre : l'Espagnol avait le sentiment que son coéquipier débutant, Lewis Hamilton, était favorisé, et en tenait Ron Dennis pour responsable. Il s'agissait là d'un des nombreux points de discordes entre les deux hommes.

Ces tensions avaient abouti à la perte des deux titres mondiaux dans un contexte d'affaire d'espionnage opposant McLaren à Ferrari, où Alonso avait joué un rôle non-négligeable en dénonçant sa propre équipe.

"Toute l'histoire prenait de l'ampleur", se rappelle Ron Dennis, "et quoi qu'il arrivât, c'était à un moment où l'environnement était très controversé pour la Formule 1 dans son ensemble, et l'accent a été mis sur beaucoup de choses qui sont arrivées. Il faut prendre en compte le climat de la F1 à cette époque : ce qui est passé était relativement insignifiant en réalité, mais a été largement amplifié, et tout le monde en est sorti blessé".

Dennis : "Je me suis adouci"

C'est pourquoi il pouvait paraître surprenant de voir Alonso faire son retour à Woking pour la saison 2015. Les communicants de l'écurie l'ont bien compris et en ont joué lors de l'annonce des pilotes, comme le montre la photo qui illustre cet article et qui a depuis été largement relayée !

"Tout le monde est passé à autre chose, et je me suis certainement adouci", affirme Dennis. "Je pense que Fernando est plus mûr".

Alonso n'est pas n°1

Quant à un éventuel statut de pilote n°1 pour l'Espagnol, il semble qu'il n'en ait jamais été question dans les négociations pour 2015 : "Je peux vous promettre une chose : il ne l'a même pas demandé. En fait, c'est l'inverse. C'est complètement l'inverse. Il a dit : "L'égalité, j'accepte l'égalité". Il n'a jamais demandé quoi que ce soit dans son contrat".

Du côté de Matt Morris, directeur de l'ingénierie, l'enthousiasme est également présent lorsque le sujet Alonso est abordé. "Cela faisait plusieurs mois qu'Alonso attendait de monter dans la voiture avec grande impatience", affirme-t-il. "Ces jours-ci ont été frustrants pour lui mais il est heureux et il va nous aider à avancer en tant qu'équipe".

"Son niveau de motivation, quand il est dans le garage, quand il est au bureau ou au simulateur, est incroyablement élevé, et cela se répercute sur tout le monde. Tout le monde y gagner en motivation", conclut Morris.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Lewis Hamilton
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités