Rosberg - L'attaque de Montréal était un risque à prendre

Nico Rosberg insiste sur le fait que sa tentative de dépassement sur Lewis Hamilton dans le premier virage à Montréal était un risque qui valait le coup d'être pris, même si elle lui a coûté le podium.

Rosberg - L'attaque de Montréal était un risque à prendre
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid s'arrête aux stands
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course

Le pilote allemand a tenté de faire l'extérieur à Hamilton dans le premier virage au Canada, mais a été au bout du compte forcé de virer large et en dehors de la piste quand son équipier a rencontré du sous-virage et que leurs roues se sont touchées.

Revenant sur ce qui s'est passé, Rosberg a insisté pour dire que sa tentative n'était pas totalement vaine, et qu'une manœuvre similaire au GP d'Espagne avait été couronnée de succès.

Lewis a eu un départ désastreux, j'en ai eu un médiocre - et vous savez, [je me suis dit] 'je fais quoi ?”' a expliqué Rosberg jeudi à Bakou. “Je suis sur l'extérieur : si j'accepte de le laisser passer, je sais que je suis derrière lui et c'est fini, je suis bloqué derrière lui pour toute la course.”

Je sais que ça va être risqué, de venir le passer par l'extérieur, car il y a eu des occasions dans le passé où il a su comment faire pour rendre ça plus difficile - et [en restant] fair-play. À Barcelone, ça a très bien marché, j'ai tenté exactement la même chose et ça a parfaitement fonctionné - c'est ce que j'avais à l'esprit.”

Départs problématiques

Rosberg a ajouté que sa décision d'essayer de passer avait été nourrie par le fait qu'Hamilton a souffert ces derniers temps lors des départs - et se trouve donc vulnérable à ce moment. “Il a eu des difficultés lors des départs, et des premiers virages, récemment - ce n'est pas son point fort en ce moment”, dit-il. “Alors je me suis dit : ‘Tente le coup, porte une attaque’, et ça n'a pas marché.”

Bien sûr, je ne pouvais pas non plus prévoir que j'allais dégringoler jusqu'à la neuvième place. Je m'étais dit : ‘OK, si ça se passe mal, je perds une, peut-être deux positions.’ Mais je ne pensais pas que j'en perdrais autant. Si je l'avais su, bien sûr je ne l'aurais pas fait. Mais je ne le savais pas. J'ai tenté et voilà. Ça s'est mal passé à cause du ‘sous-virage’.”

Hamilton lui-même a admis que ses départs n'avaient pas été bons ces derniers temps - et que du travail avait été mené pour essayer d'améliorer les choses. “On y regarde chaque jour, c'est un poteau de but qui bouge”, dit-il. “Le dernier n'a pas été génial, c'était l'avant-dernier des pires - le 21e pire - mais en Chine, j'ai pris le dessus sur tout le paquet.”

Si j'avais été lui [Rosberg], j'aurais essayé aussi de venir à l'extérieur. S'il avait été moi, il aurait probablement été dans la même position que moi.”

Pas de comparaison

Interrogé pour savoir s'il tenterait une manœuvre similaire à l'avenir au cas où il se retrouverait dans la même situation, Rosberg a répondu : “On ne peut comparer une situation à la suivante - je dois juste... Bien sûr, c'était une leçon de plus pour moi dans la lutte avec lui.”

Je dois seulement voir comment ça se passe et ensuite décider, sur le moment, quelle approche adopter, vous savez. Je ne peux que revenir à Barcelone, par exemple, où nous aurions gagné la course, [sans] cette tentative. À Barcelone, c'était dans l'autre sens. Pas une fermeture de porte claire, une bonne ligne et [une décision] sur le moment.”

partages
commentaires
Quand les GT3 roulaient à Bakou
Article précédent

Quand les GT3 roulaient à Bakou

Article suivant

Ricciardo heureux que l'accord jusqu'en 2018 avec Red Bull ait été rendu public

Ricciardo heureux que l'accord jusqu'en 2018 avec Red Bull ait été rendu public
Charger les commentaires