Formule 1
02 avr.
-
05 avr.
Événement terminé
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
111 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
118 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
167 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
181 jours

Quand Brawn compare Schumacher à Hamilton

partages
commentaires
Quand Brawn compare Schumacher à Hamilton
Par :
13 avr. 2020 à 15:58

Auteur d'une carrière étincelante en tant qu'ingénieur puis directeur d'équipe en Formule 1, avec neuf titres des constructeurs à la clé, Ross Brawn a côtoyé des pilotes parmi les plus grands de l'Histoire, notamment les deux plus couronnés : Michael Schumacher et Lewis Hamilton, qui ont été sacrés 13 fois à eux deux.

Brawn a travaillé avec Michael Schumacher de 1991 à 2006 chez Benetton puis Ferrari, avant d'attirer Lewis Hamilton chez Mercedes en 2013. Celui qui occupe le poste de manager sportif de la Formule 1 depuis 2017 et le rachat du championnat par Liberty Media peine à départager les deux grands champions avec qui il a collaboré.

Lire aussi :

"Ils ont tous deux un talent immense ; on le voit à ce qu'ils font dans la voiture et à ces moments où réalisent des exploits inattendus", analyse Brawn, relayé par le site officiel de la F1. "Certains tours qualificatifs réalisés par Lewis ont laissé l'équipe bouche bée. Michael était pareil. Parfois, il n'y a que ces pilotes qui en sont capables."

"Lewis mérite tous les championnats qu'il a remportés. Il s'est placé dans la bonne équipe au bon moment et est à son meilleur niveau. Il ne commet pas d'erreurs et est un pilote fantastique. Ses performances sont exceptionnelles. Ce n'est pas comme si Lewis gagnait par chance. Il gagne parce qu'il fait du travail fantastique, et il faut lui en attribuer le mérite."

Ross Brawn, manager sportif de la F1

Lorsque commencera une saison 2020 retardée par la pandémie due au nouveau coronavirus, Lewis Hamilton pourrait égaler les sept titres mondiaux de Schumacher et surpasser son record de 91 victoires, qui paraissait jadis inaccessible – fin 2006, l'Allemand était le seul à avoir remporté plus de 51 Grands Prix dans l'Histoire.

Quoi qu'il en soit, Brawn ne manque pas de souligner que Hamilton et Schumacher vivent des carrières peu similaires à une quinzaine d'années d'intervalle, bien que s'étant côtoyés en piste de 2010 à 2012 : "C'étaient des époques différentes, une concurrence différente, des types de voiture différents et des personnalités relativement différentes – très différentes."

"Lewis est incroyablement professionnel, motivé et dévoué, mais Michael avait un intense sens du détail vis-à-vis de la voiture, dont Lewis n'a pas besoin. Michael a débuté à une époque où la technologie actuelle n'existait pas. L'étude des données était très grossière ; l'implication du pilote était bien plus forte. Maintenant, le pilote sort de la voiture et l'ingénieur dispose d'une analyse du comportement de la voiture dans chaque virage. Le pilote n'a donc pas grand-chose à dire."

"La première fois que j'ai travaillé avec Michael, nous avions une feuille avec le numéro des virages et il fallait qu'il explique où est-ce qu'il avait du sous-virage ou du survirage, puis nous analysions ça. Maintenant, il suffit que le pilote allume sa radio, et ils ont l'analyse. Ce qui est attendu et requis du pilote est donc relativement différent. Michael avait cette intensité et cette implication dans la voiture, dont Lewis n'a pas besoin. Je ne sais donc pas comment il s'en sortirait, ayant débuté à une époque où ce n'est pas nécessaire."

Article suivant
Faut-il modifier la piste de Melbourne ?

Article précédent

Faut-il modifier la piste de Melbourne ?

Article suivant

Macron prolonge le confinement, le GP de France compromis

Macron prolonge le confinement, le GP de France compromis
Charger les commentaires