Russell enchaîne les échecs : "Mentalement, c'est très difficile"

George Russell attend toujours ses premiers points avec Williams mais commence à trouver le temps long…

Russell enchaîne les échecs : "Mentalement, c'est très difficile"

Le Grand Prix de Styrie semblait être une occasion idéale pour George Russell de marquer ses premiers points avec Williams, pour sa troisième saison au sein de l'écurie. Russell avait réalisé une performance remarquable en qualifications, passé à huit millièmes de la Q3, et effectuait un début de course très solide au huitième rang, tenant le rythme des monoplaces qui l'entouraient, lorsqu'il a subi un problème d'unité de puissance lié à la pression pneumatique, ce qui l'a contraint à l'abandon.

Lire aussi :

"De mon côté, je ne m'en suis pas rendu compte jusqu'à être arrêté au stand pendant une vingtaine de secondes", commente le Britannique. "Ce problème n'affectait pas le pilotage ni rien. Cela n'allait l'affecter qu'en passant en dessous d'une certaine limite, et je crois que la voiture se serait juste éteinte, donc nous avons essayé d'en remettre pendant l'arrêt au stand. Mais le rythme auquel ça se vidait était drastique."

"C'est typique : ça ne se produit pas dans les deux années précédentes où nous sommes derniers à chaque course mais la seule fois où nous sommes vraiment dans les points et bien partis pour faire un bon résultat – j'étais sur la bonne stratégie. La sensation était vraiment bonne, nous étions rapides le vendredi. C'est tellement dommage ! Mais on verra. C'est la Formule 1, ce n'est jamais censé être facile, c'est un sport parfois brutal."

George Russell, Williams

Il s'agit d'une nouvelle déconvenue pour un Russell déjà passé très près des points à plusieurs reprises avec Williams, notamment l'an dernier où il occupait la neuvième position au Mugello avant de sortir du top 10 au dernier restart, tenait le dixième rang à Imola avant d'avoir un accident sous le régime de la voiture de sécurité, et menait avec Mercedes à Bahreïn avant une bévue de son écurie – sans oublier le fameux accrochage avec Valtteri Bottas cette saison à Imola, alors qu'il attaquait le Finlandais pour la neuvième place ! Russell ne cache pas avoir du mal à gérer cette série noire, mais il espère en sortir renforcé.

"Mentalement, c'est très difficile", indique l'Anglais. "Je pense que lors ma première année, j'ai accepté [l'absence de résultats] sans sourciller car j'étais juste extrêmement enthousiaste d'être en Formule 1 et d'apprendre tant de choses. Je suis désormais dans ma troisième année, je me sens simplement prêt à obtenir de bons résultats. L'équipe le mérite vraiment avec les progrès qu'elle réalise, mais mentalement, ce n'est pas facile. Nous sommes tous des vainqueurs, nous sommes tous là pour gagner."

"Ça a été un peu les montagnes russes, ces 12 derniers mois, avec Imola l'an dernier, le Mugello l'an dernier, Bahreïn évidemment, puis encore Imola cette année ! Ça fait juste beaucoup de moments difficiles à gérer, et je me trouve chanceux, car j'espère avoir l'opportunité de me battre pour les victoires et les titres mondiaux à l'avenir, j'aurai alors connu plus de déceptions que les autres, et j'espère que cela me rendra plus fort mentalement et m'aidera dans les moments difficiles à l'avenir, car il est certain qu'il y en aura."

Le Grand Prix d'Autriche représentera en tout cas une nouvelle opportunité pour Russell, qui n'était pas vraiment surpris du niveau de sa FW43B sur le Red Bull Ring compte tenu des conditions météorologiques.

"Je pense que nous restons sur deux week-ends vraiment bons, pour différentes raisons", analyse le pilote Williams. "Nous avons fait du super travail avec les pneus en France, sur un circuit où ils étaient vraiment difficiles à gérer dans la fraîcheur. La semaine dernière [au Red Bull Ring], le week-end était très calme, sans vent. Nous savons que notre voiture est très sensible au vent, cela a donc certainement joué légèrement en notre faveur. Et nous avons juste fait du vraiment bon travail pour tout optimiser."

"Sur une piste si courte, il n'y a probablement qu'un dixième entre la huitième et la 15e place, soit la différence entre un bon week-end et un pourri. Tout allait dans une bonne direction. On verra si nous pouvons confirmer ce week-end, et à Silverstone, ce qui sera le prochain véritable test à mon avis."

partages
commentaires
Pas d'enquête sur l'accident avec Leclerc : Gasly était surpris

Article précédent

Pas d'enquête sur l'accident avec Leclerc : Gasly était surpris

Article suivant

Alex Zanardi communique mais n'est pas en mesure de parler

Alex Zanardi communique mais n'est pas en mesure de parler
Charger les commentaires