Russell : Imola siéra à Williams après le scénario du "pire" à Sakhir

George Russell s'attend à ce que le circuit d'Imola, théâtre du deuxième Grand Prix de la saison, soit plus favorable à la Williams aussi bien dans son tracé que dans son environnement.

Russell : Imola siéra à Williams après le scénario du "pire" à Sakhir

Il n'y a pas eu de miracle pour Williams au Grand Prix de Bahreïn 2021. La FW43B, voiture particulièrement sensible aux conditions venteuses, n'a pas brillé même si elle n'a pas été la plus lente. Ses pilotes n'ont toutefois pas pu faire grand-chose, terminant à une anonyme 14e place pour George Russell et par un abandon sur problème technique pour Nicholas Latifi à quelques tours du drapeau à damier. Pas de miracle, mais la satisfaction retirée par le Britannique d'avoir vécu une course, selon ses propres mots, "très bien exécutée" en dépit des difficultés.

"Vu le rythme de la voiture, vu les conditions, je pense que c'était un week-end très bien exécuté", avait-il ajouté. "C'était probablement le maximum que nous puissions attendre. Comme je l'ai dit, ça va faire le yo-yo cette saison, je pense vraiment que c'était le pire scénario possible [référence au vent à Bahreïn, ndlr]. Croisons les doigts pour que ça s'améliore désormais."

"Des vents de 50 km/h, [le circuit] est très ouvert, très exposé. Et quand vous pilotez à 300 km/h, vous savez qu'un vent à 50 km/h fait une différence. Il faut donc imager qu'à 50 km/h, il y a des rafales de 60, 70 km/h."

Lire aussi :

Après quasiment un mois où le centre de gravité du monde de la Formule 1 se trouvait à Bahreïn, aussi bien pour les essais hivernaux que le premier Grand Prix de la saison, le grand cirque va désormais s'orienter vers l'Europe, avec en point de mire le circuit d'Imola où se tiendra le Grand Prix du Made in Italy et d'Émilie-Romagne, du 16 au 18 avril. Une piste très différente de Sakhir, non seulement dans son tracé mais également dans son environnement.

De quoi faire dire à Russell qu'à l'inverse de Bahreïn, la Williams pourrait tirer parti de ses qualités, quelques mois après le GP de 2020 où le pilote au numéro 63 semblait en position de jouer le top 10 à la régulière avant un accident sous Safety Car.

"Imola est la prochaine course et que c'est très différent de Bahreïn, donc vous avez les deux extrémités du spectre. À Bahreïn, il y a beaucoup de virages lents, très exposés et généralement très venteux. Imola, c'est des virages à grande vitesse, l'angle de ces virages est moindre, il y a plus de virages à 90 degrés par opposition aux virages à 180 degrés comme nous le voyons [à Sakhir]."

"Et c'est très fermé avec tous les arbres et les bâtiments autour, donc on va vraiment vers les extrêmes. Ce sera comma ça, sans nécessairement dire qu'Imola est dans le haut du panier [des circuits qui conviendront à la FW43B], mais c'est probablement dans la moitié supérieure, disons."

Avec Erwin Jaeggi  

partages
commentaires
L'attitude de Tsunoda face à ses erreurs fait sa "force"

Article précédent

L'attitude de Tsunoda face à ses erreurs fait sa "force"

Article suivant

Norris : McLaren a "pas mal réduit l'écart" sur les top teams

Norris : McLaren a "pas mal réduit l'écart" sur les top teams
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Émilie-Romagne
Pilotes George Russell
Équipes Mercedes , Williams Racing
Auteur Fabien Gaillard