Le manque de rythme d'Alonso et Ricciardo a handicapé Russell

George Russell a expliqué que le manque de rythme de Fernando Alonso et Daniel Ricciardo dans la première partie du Grand Prix de Monaco avait pesé sur sa propre course.

Le manque de rythme d'Alonso et Ricciardo a handicapé Russell

George Russell a terminé le GP de Monaco 2021 à la 14e position. Le pilote Williams n'espérait pas vraiment mieux sur l'exigeant tracé urbain de la Principauté, d'autant plus au volant d'une FW43B qui ne dispose pas vraiment des qualités pour y briller. Toutefois, le Britannique a expliqué après l'épreuve que sa course avait pris un tournant négatif dès le début.

Plus précisément, Russell s'est retrouvé coincé derrière un duo de pilotes expérimentés, tous deux vainqueurs à Monte-Carlo, mais en difficulté lors de son premier relais, à savoir Daniel Ricciardo et Fernando Alonso. Une situation qui a eu un lourd impact sur le reste de son Grand Prix. "C'était vraiment difficile, pour être honnête", a-t-il expliqué en réponse à une question de Motorsport.com.

Lire aussi :

"Je veux dire, nous avons terminé au niveau auquel nous nous attendions, donc rien de très intéressant. Le premier relais a été vraiment difficile, coincé derrière Ricciardo et Alonso, [qui étaient] vraiment, vraiment en difficulté au niveau du rythme pour je ne sais quelle raison. Et en conséquence, j'ai beaucoup endommagé mes pneus. J'ai dû m'arrêter tôt, et je suis revenu dans du trafic."

Russell est en effet passé par les stands après 31 tours sur ses gommes mediums quand son équipier Nicholas Latifi a lui pu attendre le 43e passage. "Nous avons montré des signes de très bon rythme en sortant des stands, sur les pneus durs. Mais dès que nous avons les drapeaux bleus, nous perdons de la température dans les pneus donc il n'y a pas grand-chose à faire. Comme je l'ai dit, rien de véritablement intéressant, on a fini là où nous nous y attendions."

Puis il a ajouté : "Vous savez, j'ai eu quelque chose comme une période de 10 tours où Pérez est sorti des stands derrière moi et je pense qu'en fait nous étions plus rapides que lui, j'étais juste dans ma dynamique. Je pouvais attaquer, presque comme si je menais la course, quand vous avez un rythme et que vous commencez à aller vraiment vite. Mais ensuite, dès que vous avez ces voitures plus rapides qui arrivent derrière vous, vous perdez votre concentration et votre rythme."

partages
commentaires
Ferrari a bouclé les tests Pirelli sur piste humide au Castellet
Article précédent

Ferrari a bouclé les tests Pirelli sur piste humide au Castellet

Article suivant

Ferrari ne s'enflamme pas malgré la performance de Monaco

Ferrari ne s'enflamme pas malgré la performance de Monaco
Charger les commentaires