Williams doit "réfléchir" à ses problèmes avec les intermédiaires

En difficulté tout au long du Grand Prix de Turquie en raison de la dégradation excessive de ses pneus intermédiaires, George Russell est prêt à "réfléchir" avec son équipe Williams pour régler ces problèmes.

Williams doit "réfléchir" à ses problèmes avec les intermédiaires

Avant même le départ du Grand Prix de Turquie, George Russell s'est compliqué la tâche en commettant une erreur lors de son dernier tour chronométré en Q2. Le pilote Williams avait le rythme pour entrer une nouvelle fois dans le top 10 mais il n'est parvenu à négocier qu'une 13e place sur la grille de départ. Le lendemain, Russell a perdu deux positions au départ et s'est retrouvé coincé à la 15e place jusqu'au drapeau à damier.

Incapable de remonter au classement en dépit des conditions difficiles qu'il apprécie habituellement, Russell a révélé que Williams avait été malmené par la gestion de la dégradation des pneumatiques intermédiaires, composé utilisé par tous les pilotes pendant l'épreuve.

"C'est incroyablement délicat de gérer autant les pneus et incroyablement difficile de contrôler les attaques, surtout lorsqu'ils deviennent lisses et que [la piste] reste humide", a-t-il indiqué à Motorsport.com. "Le circuit ne séchait pas et même s'il n'y avait plus eu de pluie, il serait resté humide pendant des heures. C'était un gros challenge donc je ne pense pas que nous ayons fait un bon ou un mauvais travail. Ce n'était pas facile."

Que ce soit avec des pneus intermédiaires usés et privés de leurs sculptures ou avec des gommes à bandes vertes neuves, Russell a connu les mêmes difficultés. Par conséquent, la réflexion sera de mise à Grove lors des prochains jours.

"Si vous attaquez trop, la dégradation de vos pneus s'accentue et lorsque vous vous aventurez sur des portions plus humides, vous n'avez plus de grip", a résumé Russell. "Lorsque nous sommes sortis [des stands], les nouveaux pneus ne semblaient pas s'activer non plus parce que la bande était plus épaisse, et ils n'était pas appropriés pour les portions séchantes."

"Donc c'était un véritable parcours du combattant. Cela fait deux fois que nous affrontons ces conditions [en Turquie], et nous avons eu des difficultés les deux fois. D'habitude, nous excellons quand les conditions sont plus humides ou avec les slicks sur le mouillé. Pour cette phase intermédiaire, nous devons réfléchir un peu."

Si Russell a admis que les positions perdues en raison de son erreur en qualifications ne l'avaient pas aidé, le Britannique a également affirmé qu'un départ plus haut sur la grille n'aurait finalement pas amélioré la situation.

"Cela aurait pu potentiellement être différent, mais dans l'ensemble le rythme n'était pas là", a-t-il commenté à ce sujet. "Nous avons eu des difficultés l'an dernier dans ces conditions. Ce n'est pas humide, ce n'est pas sec, c'est un genre de no man's land. Et lorsqu'il faut gérer les pneus... Le virage 8 était le plus difficile parce que c'était relativement sec, [donc] à quel point fallait-il attaquer ? J'ai tenté un tas de choses différentes et rien n'a semblé fonctionner."

Lire aussi :

partages
commentaires
Wolff préconise un roulement face au calendrier de 23 GP

Article précédent

Wolff préconise un roulement face au calendrier de 23 GP

Article suivant

Austin va corriger ses bosses pour le retour de la F1

Austin va corriger ses bosses pour le retour de la F1
Charger les commentaires