Sainz n'est plus lent que Leclerc "dans aucun virage"

Carlos Sainz est convaincu d'avoir le potentiel pour se hisser au niveau de son coéquipier Charles Leclerc en qualifications.

Sainz n'est plus lent que Leclerc "dans aucun virage"

Jusqu'à présent, les pilotes ayant rejoint une nouvelle écurie souffrent en ce début de saison 2021 de Formule 1. C'est notamment le cas de Carlos Sainz, qui a conclu les deux premières courses derrière son coéquipier – non sans sortir de piste quatre fois en 15 tours sous la pluie d'Imola – mais aussi les deux séances qualificatives, avec un déficit de 0"537 à Bahreïn puis de 0"391 en Italie.

Lire aussi :

Charles Leclerc est évidemment un pilote éminemment rapide, et Sainz – qui faisait jeu égal avec Lando Norris chez McLaren l'an passé – sait qu'il doit atteindre son meilleur niveau pour être à la hauteur du Monégasque. "Je sais qu'il est un expert des qualifications", déclare-t-il. "Tout particulièrement dans la Ferrari, il semble se sentir chez lui et savoir exactement ce qu'il peut attendre de la voiture dans les conditions à adhérence élevée en Q2 et en Q3. C'est un expert, un très, très bon pilote."

"En même temps, s'il y a quelque chose que j'ai vu lors de ces deux premières courses, c'est que je ne suis plus lent que lui dans aucun virage. Je sais donc que si je fais le tour parfait, je peux être au niveau. Il s'agit désormais de trouver comment faire ce tour parfait, de voir ce qu'il fait et ce que je peux faire pour effectuer le tour parfait. Peut-être qu'il me faut juste un peu plus de temps et d'expérience. On verra, mais je suis encouragé par ce que je vois sur les données, et pour moi, c'est plutôt une question de temps." Cependant, les données ne confirment qu'à moitié l'analyse de Sainz, puisqu'en qualifications, ses trois meilleurs secteurs auraient donné un chrono de 1'15"024, moins de deux dixièmes plus rapide que sa référence de 1'15"199, loin du 1'14"808 signé par Leclerc en Q2.

Et à Imola, Sainz avait apparemment une faiblesse en particulier : "C'était peut-être monter sur les vibreurs, la manière dont la voiture réagit au vibreur, selon l'angle avec lequel j'attaque le vibreur. Je me suis fait prendre au piège quelques fois dans toutes ces chicanes, en abordant peut-être le vibreur avec un angle différent et en me retrouvant dans une mauvaise position. Ici, il y a de très longues lignes droites après ces vibreurs, et il me manquait un ou deux dixièmes en ligne droite à cause de ça."

Malgré ces difficultés, Sainz a largement contribué à la belle moisson de 34 points de Ferrari, avec les 14 unités qu'il a engrangées, et à Maranello, la satisfaction est présente quant au duo de pilotes : les performances sont bien plus homogènes qu'avec Sebastian Vettel l'an passé.

"Je pense que Carlos est un pilote très expérimenté, tout d'abord", analyse Mattia Binotto, directeur d'équipe. "Et quand je dis pilote, ce n'est pas seulement sa capacité à piloter, à donner du feedback, c'est sa manière de s'intégrer au sein de l'équipe. C'est sa capacité à communiquer avec les ingénieurs, avec toute l'équipe également, à motiver. Il travaille dur – il est toujours à Maranello quand il n'y a pas de week-end de course, et je trouve ça super. Je pense que c'est un grand coup de fouet pour nous, c'est de l'air frais."

"Je trouve ça important pour Charles également car je vois que ces deux-là s'intègrent bien, en réalité. Je pense qu'ils se poussent eux-mêmes et mutuellement dans leurs retranchements – ce qui est très positif – non seulement au circuit mais aussi à la maison, quand ils jouent au padel, sur le simulateur, quand ils jouent aux échecs, quoi qu'ils fassent. De plus, [Sainz] est très rapide, mais ce n'est pas une surprise. Il est très rapide en course, c'est certain, mais il peut l'être en qualifications aussi."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
La F1 lance le vote sur les courses sprint

Article précédent

La F1 lance le vote sur les courses sprint

Article suivant

Räikkönen : Pas de solution au problème des limites de piste

Räikkönen : Pas de solution au problème des limites de piste
Charger les commentaires