Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Sainz : Rester chez Renault "serait un plaisir"

partages
commentaires
Sainz : Rester chez Renault "serait un plaisir"
Par :
27 juin 2018 à 17:03

Carlos Sainz serait heureux de prolonger sa carrière avec Renault au-delà de la saison 2018, après avoir trouvé sa place dans la dynamique positive mise en place par l'équipe d'usine franco-anglaise.

Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14, au stand
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, devant Marcus Ericsson, Sauber C37
Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1 Team, interviewe Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team, sur la grille
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team, Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing et Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team sur le muret des stands

Carlos Sainz voit son contrat de prêt chez Renault par Red Bull prendre fin au terme de la saison 2019 et l'avenir du pilote espagnol en F1 demeure flou, tandis que nombreux sont les pilotes et teams à attendre de savoir ce qu'il adviendra de celui de Daniel Ricciardo.

Le pilote australien est lui-même sur la liste de Renault et ferait automatiquement sortir Sainz s'il choisissait de quitter Red Bull pour la saison 2019. Une décision qui serait "intrépide", selon son directeur Christian Horner. Quant à Sainz, il est pressenti par certains observateurs pour être justement pour remplacer l'Australien au sein du team prochainement motorisé par Honda, si celui-ci venait à partir.

Nico Hülkenberg a jusqu'à présent légèrement dominé Sainz chez Renault. Le #55 a certes battu l'Allemand en France dans l'exercice des qualifications, mais il concède pour l'heure un score de 3 à 5. En course, Hülkenberg compte 34 points (septième au championnat), tandis que Sainz, qui n'a manqué les points qu'à Bahreïn, pointe neuvième avec 28 unités.

"Ce serait un plaisir de rester chez Renault", a commenté Sainz au micro d'El Pais. "Je suis heureux où je suis. Je pense que cette équipe a beaucoup de potentiel et, quoi qu'il arrive, je suis très fier de la façon dont nous faisons les choses ici, chez Renault. Ce serait un plaisir pour moi de rester."

Même si un volant Red Bull est forcément tentant pour tout pilote de F1, les inconnues concernant l'unité de puissance Honda sont nombreuses, et la courbe est ascendante chez Renault.

Harmonie interne

"J'ai mes ambitions et je suis très compétitif ; j'aime gagner", admet Sainz, qui ne se montre cependant pas impatient. "Actuellement, en F1, il y a trois équipes qui sont une seconde et demi devant le reste [du plateau] et nous sommes vraiment les premiers des autres. Nous savons que ça ne va pas se produire du jour au lendemain et nous devons encore beaucoup grandir. Espérons que ça arrive l'an prochain ou dans les deux prochaines années."

Alain Prost, conseiller spécial Renault, estime que le duo en place travaille de manière harmonieuse et véhicule les bonnes valeurs au sein de l'équipe.

"Parfois, dans une équipe, il y a de grandes différences d'attitude des pilotes ou de la manière dont ils travaillent avec les ingénieurs. Mais de ce que je peux voir, ces deux-là se complètent très bien. La chose la plus importante est qu'ils aillent dans la même direction et poussent l'équipe vers le meilleur."

Disposer d'un pilote de premier plan potentiellement caractériel ou attirant l'attention de par son statut n'est pas nécessairement quelque chose que désire Renault à ce stade de son projet, confirme Cyril Abiteboul, directeur d'équipe. "Nous ne sommes pas encore à notre plus haut niveau et ne pouvons donc nous permettre d'avoir des individualités égoïstes", ponctue le Français.

Article suivant
McLaren a besoin de changements qui pourraient le tuer, selon Barnard

Article précédent

McLaren a besoin de changements qui pourraient le tuer, selon Barnard

Article suivant

Édito - Grand Prix de France, et maintenant ?

Édito - Grand Prix de France, et maintenant ?
Charger les commentaires