Sainz : "Je ne veux plus me faire dépasser aussi facilement"

Leader éphémère du Grand Prix de Russie, Carlos Sainz peste contre les lacunes de sa Ferrari SF21.

Assurément, les tifosi ont donné de la voix lorsqu'ils ont vu Carlos Sainz, deuxième sur la grille de départ du Grand Prix de Russie, prendre les commandes de la course dès le départ. L'impulsion du pilote Ferrari n'était pas parfaite, mais il a parfaitement pris l'aspiration du poleman Lando Norris avant de porter une attaque imparable au premier freinage.

Mais très rapidement, il est devenu clair qu'une victoire du Cheval Cabré en Russie était un objectif inatteignable. Sainz a une nouvelle fois souffert de problèmes de graining avec ses pneus mediums, ce qui l'a empêché de se défendre lorsque Norris l'a attaqué au 12e tour puis de tenir le rythme du pilote McLaren

À l'arrivée, le pilote Ferrari était particulièrement frustré par la situation. "On ne va pas se mentir, nous avons souffert", a-t-il pesté. "Une fois que nous avons pris la tête au départ, ce qui était le principal objectif, c'est devenu une course douloureuse. Je pensais qu'avec le champ libre et en économisant l'essence, je pouvais prolonger la vie des pneus mediums, mais nous avons encore eu des problèmes avec le train avant. Il faut que nous continuions à travailler là-dessus. Je ne veux plus me faire dépasser aussi facilement lorsque je suis en tête."

Dans l'incapacité de maintenir ses gommes mediums en vie, Sainz a été contraint de s'arrêter très tôt. En conséquence, ses pneus durs étaient particulièrement usés en fin de parcours et Sergio Pérez, muni de gommes mediums plus fraîches, a croqué sans trop de mal l'Espagnol pour lui ravir la dernière place sur le podium. 

Sa place dans le top 5 était ensuite menacée par le retour de Fernando Alonso et Max Verstappen jusqu'à ce que la pluie ne vienne mettre son grain de sel ! Dans un premier temps, Sainz a perdu du terrain face à ses rivaux en pneus mediums, qui bénéficiaient de meilleures températures dans leurs gommes. Mais Ferrari a pris la bonne décision en le rappelant au stand très rapidement, ce qui lui a permis de repasser devant les deux autres pilotes hispanophones et de couper la ligne d'arrivée en troisième position.

"Nous nous sommes arrêtés au bon moment", a affirmé l'Espagnol. "Il commençait à pleuvoir dans les secteurs 1 et 2 et le secteur 3 était sec. Mais à un moment, les deux premiers [secteurs] étaient si humides que ceux en pneus durs ne pouvaient pas garder la voiture sur la piste. Ceux en mediums, Verstappen, Pérez, Leclerc et Alonso je crois, avaient plus d'adhérence."

"Je me suis dit : 'Tu dois t'arrêter parce que tu vas avoir un accident au tour suivant'. Tandis que [les pilotes en mediums] ont tenté de tenir un tour de plus, nous avons pris la meilleure décision en nous arrêtant."

Lire aussi :

Ce nouveau podium, le troisième de la saison, est la conclusion parfaite du solide week-end de Sainz, qui était en difficulté depuis le retour des vacances. Le pilote espagnol est certain que la victoire est possible en 2021, à condition de résoudre ses problèmes avec les pneus Pirelli.

"Dans l'ensemble, je suis heureux de ce week-end. Les qualifications ont été bonnes, le départ a été bon, on a pris des risques dans le premier tour, on a dépassé Lando", a-t-il poursuivi. "La veille, je lui avais juré que j'allais le dépasser et il ne m'avait pas cru. Le rythme avec les durs était bon, c'était moins bon avec les mediums."

"Une arrivée sur le podium fait un grand bien. Nous devons maintenant gagner. Aujourd'hui... si nous faisons un meilleur travail avec la dégradation [des pneus] et que nous gagnons en puissance pour retenir les attaques des Mercedes... Je ne veux plus être dépassé lorsque je suis premier. Il faut que l'on travaille pour faire en sorte que cela n'arrive plus."

partages
commentaires
McLaren assume sa part dans la mauvaise décision de Norris
Article précédent

McLaren assume sa part dans la mauvaise décision de Norris

Article suivant

Stroll sanctionné pour un accrochage avec Gasly

Stroll sanctionné pour un accrochage avec Gasly
Charger les commentaires