Sans sponsor-titre depuis un an, McLaren ne panique pas

Plus d'un an après le départ de Vodafone – à l'issue de la saison 2013 –, McLaren est toujours sans commanditaire principal

Plus d'un an après le départ de Vodafone – à l'issue de la saison 2013 –, McLaren est toujours sans commanditaire principal. L'écurie de Woking a disputé l'intégralité de la saison dernière avec une livrée grise épurée, permettant à plusieurs de ses partenaires, comme Mobil1 et plus tard SAP, de profiter de l'espace sur la carrosserie à moindre frais.

Malgré la circulation de nombreuses rumeurs, aucun accord n'a finalement été conclu, et le discours tenu à Woking désormais a des airs de déjà-vu. Alors que la collaboration avec Honda a débuté et que

certains fantasmes entourent la couleur qu'afficheront les MP4-30 cette saison

, on assure dans les rangs de l'écurie britannique qu'il n'y a aucune précipitation pour trouver un sponsor-titre.

"Les gens veulent connaitre des dates, mais nous n'avons pas besoin de le dire. Cela peut sembler arrogant, mais je vous promets que ça ne l'est pas, nous pouvons nous permettre de rouler dans sponsor-titre ; c'est un privilège", explique Éric Boullier, directeur de la compétition chez McLaren. "Nous en voulons un car c'est une autre étape que nous pouvons franchir et nous avons plusieurs projets que nous aimerions faire, mais pour être honnête, aujourd'hui, nous pouvons nous permettre de rouler sans."

Chez McLaren-Honda, on continue de maintenir que la priorité est de trouver un accord qui soit financièrement "à la hauteur du niveau de l'écurie", et qu'il n'est pas question de brader les prix pour un sponsor-titre.

"Je ne dis pas que nous n'en voulons pas un. Nous en voulons un et nous avons toujours certaines choses à faire. Nous voulons l'avoir au bon moment. Nous ne ferons pas comme d'autres équipes et aller au rabais."

Avec l'arrivée de Honda, Boullier est d'ailleurs intimement convaincu que la cote de l'équipe est à la hausse pour se permettre de patienter et de trouver la perle rare. Le retour de Fernando Alonso est également un critère commercial attractif.

"C'est parce que les gens qui font leur travail d'étude savent à quel point McLaren est sérieux et à quel point Honda est sérieux. Tout le monde sait cela et il y aura suffisamment de ressources et tout est en place pour que ce soit une réussite", assure Boullier.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Actualités