Sauber dénonce un complot destiné à faire disparaitre plus d'équipes

Toujours vocale lorsqu'il s'agit de prendre la défense des teams les moins dotés, Monisha Kaltenborn a jeté un nouveau pavé dans la mare en n'hésitant pas à affirmer publiquement qu'un plan est actuellement en cours d'exécution pour réduire le...

Toujours vocale lorsqu'il s'agit de prendre la défense des teams les moins dotés, Monisha Kaltenborn a jeté un nouveau pavé dans la mare en n'hésitant pas à affirmer publiquement qu'un plan est actuellement en cours d'exécution pour réduire le nombre d'équipes F1 à une tablée de membres influents se partageant un gâteau, et à laquelle Sauber, Lotus ou encore Force India ne sont pas invités.

Reprenant en substance l'image forte donnée par Gérard Lopez, qui a regretté de façon imagée le passage de certains vers le "côté obscur de la Force", Kaltenborn explique que le résultat des discussions porte à laisser penser que le but recherché en F1 n'est pas réellement de sauver les quelques teams privés gardant encore la tête au-dessus de l'eau.

Dénonçant un "agenda" visant à asphyxier en douceur les équipes indépendantes moins influentes politiquement, Kaltenborn livre ce qui ressemble à une ultime bataille pour sauver l'équipe Sauber.

De nombreuses réunions de crise groupées entre teams, ou individuelles avec Bernie Ecclestone, ont eu lieu à Interlagos le weekend dernier. Un certain nombre de rendez-vous a également été pris avant Abu Dhabi pour trouver des solutions à la crise traversant la structure F1. Alors qu'il semblait en début de weekend que CVC (actionnaire majoritaire des parts F1) soit désireux de sauver les petites équipes pour maintenir un plateau riche, il semble en réalité qu'il se déroule actuellement un scénario "gentil flic-mauvais flic" avec l'employé de confiance de la maison, Bernie Ecclestone.

Pour autant, le Grand Argentier de la F1 ne saurait être tenu seul responsable de l'échec des discussions actuelles. Force India, Lotus et Sauber s'accordent en effet à dire que l'un des gros blocages, empêchant toute avancée, concerne l'obstination des grandes équipes à refuser de trouver des solutions raisonnables pour permettre à tous de paître dans le même pré. Avec notamment un Taureau Rouge et un Cheval Cabré agitant particulièrement l'enclot en suggérant que l'alignement d'une troisième auto en 2015 ne serait pas un problème si cela était demandé par la FOM.

Les petits poussés volontairement vers la sortie?

"L'agenda semble être que les gens cherchent à faire rester quatre ou cinq noms", a lâché, amère, Kaltenborn. "Au vu des propositions faites, il faut croire qu'il y a là un plan".

"Quand on nous offre l'idée d'utiliser des châssis ou moteurs vieux d'un an, ou de spécifications différentes, ou d'autres comme une division différente, il doit y avoir un agenda".

En colère, la directrice de l'équipe Sauber regrette que le loup ne sorte même pas franchement du bois.

"Nous ne savons pas de quel agenda il s'agit, mais le fait est que ça ne peut pas continuer comme ça. Ce n'est pas la façon dont nous souhaitons, ou pouvons, travailler! Ce sont des idées, mais ça vous donne une idée de la direction prise. Plus les idées tombent, plus nous trois (Lotus, Force India, Sauber) avons le sentiment que peut-être que des gens ne nous veulent pas ici, et que le sport est peut-être supposé changer d'une façon très différente".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone , Gerard Lopez
Équipes Sauber , Force India
Type d'article Actualités