Sauber pourrait faire rouler un Japonais pour Honda

partages
commentaires
Sauber pourrait faire rouler un Japonais pour Honda
Par : Lawrence Barretto
23 mai 2017 à 17:05

La saison prochaine, Sauber adoptera les unités de puissance Honda. Le motoriste japonais pourrait-il imposer l'un de ses protégés à l'écurie suisse ? Monisha Kaltenborn y est ouverte, comme elle le confie à Motorsport.com.

Marcus Ericsson, Sauber C36, Fernando Alonso, McLaren MCL32
Raffaele Marciello, pilote d'essais et de réserve Sauber C34
Antonio Giovinazzi, Sauber C36
Pascal Wehrlein, Sauber C36-Ferrari
Pascal Wehrlein, Sauber C36
Monisha Kaltenborn, team principal Sauber lors de la conférence de presse
Pascal Wehrlein, Sauber C36
Tadasuke Makino, Hitech Grand Prix, Dallara F317 - Mercedes-Benz
Nobuharu Matsushita, pilote d'essais et de développement McLaren
Marcus Ericsson, Sauber C36
Nirei Fukuzumi, ART Grand Prix
Nirei Fukuzumi, ART Grand Prix
Marcus Ericsson, Sauber C36

Honda va en effet développer son programme F1 en 2018 après trois années avec McLaren pour seul client, accueillant l'équipe Sauber dans son giron.

La structure de Hinwil a souvent accueilli des poulains de Ferrari en son sein, ayant utilisé les moteurs de la Scuderia pendant la majeure partie de son Histoire. Raffaele Marciello a par exemple effectué quatre séances d'essais libres au volant de la C34 en 2015, alors qu'il était encore dans le giron de Ferrari. Par ailleurs, c'est Antonio Giovinazzi, pilote de réserve du team de Maranello, qui a remplacé Pascal Wehrlein aux essais de Barcelone, à Melbourne et à Shanghai suite à la blessure de l'Allemand.

Lorsque Motorsport.com lui demande si Sauber pourrait faire rouler des pilotes japonais à l'avenir, Kaltenborn, directrice de l'équipe, répond : "Il n'y a pas de règle stricte à ce sujet. En fin de compte, c'est toujours la décision de l'équipe et c'est notre responsabilité."

"Comme nous l'avons fait par le passé, quand on prend ces décisions, on a des discussions avec les partenaires clés. Regardez notre passé avec Ferrari, nous avons discuté de situations avec eux et nous avons même pris nos pilotes chez eux. Nous y sommes ouverts, mais nous en discuterons le moment venu. Nous prendrons la même approche qu'avec Ferrari."

Trois protégés de Honda courent actuellement dans des formules de promotion majeures :

Fukuzumi est forcément enthousiaste à l'idée des perspectives d'avenir qui s'ouvrent à lui, mais est bien conscient que cela passera par un excellent résultat pour sa deuxième campagne en GP3 Series. D'autant qu'avec six points de Super Licence à son compteur et 30 accordés au Champion GP3, la Formule 1 ne lui sera pas accessible en tant que titulaire en 2018.

"Je pense que c'est une très bonne nouvelle pour moi et pour les autres pilotes juniors", déclare le Japonais pour Motorsport.com. "J'ai une opportunité de courir en Formule 1 mais je ne sais pas si ce sera l'an prochain ou dans trois ans. C'est une bonne chose, mais pour être honnête, je ne pense pas encore trop à la Formule 1 ; cette année, il faut marquer des points et obtenir de bons résultats."

Pas de pilote de réserve

Sauber ne prévoit pas pour l'instant de recruter un pilote de réserve à plein temps pour la saison 2017. L'écurie suivre va continuer avec l'arrangement actuel qui lui donne accès à Antonio Giovinazzi.

En cas d'indisponibilité de l'Italien, Charles Leclerc, protégé de Ferrari, pourra prendre le relais. Sauber pourrait en tout cas faire rouler le Champion GP3 en titre en EL1 cette saison. Le Monégasque de 19 ans a déjà participé à quatre séances d'essais libres avec Haas l'an passé.

Prochain article Formule 1
Rétro 1950 - Premier Grand Prix d’une voiture Ferrari

Previous article

Rétro 1950 - Premier Grand Prix d’une voiture Ferrari

Next article

Quelle météo pour le Grand Prix de Monaco ?

Quelle météo pour le Grand Prix de Monaco ?

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Nobuharu Matsushita , Nirei Fukuzumi
Équipes Sauber
Auteur Lawrence Barretto
Type d'article Actualités