Sauber - Kaltenborn a "vieilli de 100 ans" pendant le GP du Brésil

partages
commentaires
Sauber - Kaltenborn a
Par : Fabien Gaillard
17 nov. 2016 à 18:00

Après les premiers points de la saison récoltés par Sauber lors du Grand Prix du Brésil, Monisha Kaltenborn est revenue sur une course difficile à suivre depuis le muret des stands.

Felipe Nasr, Sauber C35
Monisha Kaltenborn, team principal Sauber lors de la conférence de presse de la FIA
Felipe Nasr, Sauber C35, célèbre sa neuvième place à la fin de la course
Marcus Ericsson, Sauber C35 devant son coéquipier Felipe Nasr, Sauber C35
Felipe Nasr, Sauber C35
Felipe Nasr, Sauber C35 et Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09 et Felipe Nasr, Sauber C35
Felipe Nasr, Sauber C35 et Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Felipe Nasr, Sauber C35
Felipe Nasr, Sauber C35

Plus personne n'y croyait tant Sauber avait eu du mal tout au long d'une saison qui avait même commencé sous la menace d'une disparition de la structure. Mais, à Interlagos, la pluie aura offert à l'écurie suisse une chance d'oublier les difficultés en permettant à Felipe Nasr de ramener les deux points de la neuvième position.

Ce ne fut pas une mince affaire, les pièges étant nombreux lors des 71 tours du tracé pauliste, de la pluie elle-même à l'aquaplaning ou aux erreurs stratégiques. "C’était très intense parce que vous ne saviez jamais ce qui allait se passer, et nous ne voulions pas être impliqués dans quoi que ce soit", a expliqué Monisha Kaltenborn, la directrice de Sauber.

"Pour nous, c’était juste tenir en piste, et si quelque chose se passait, que nous soyons en course. Manor avait ce genre d’approche aussi, ils n’étaient pas loin derrière nous [avec Esteban Ocon], donc il y a eu de la pression de tous les côtés."

En effet, au-delà du fait d'inscrire ses premiers points de la saison, Sauber a surtout dépassé l'écurie Manor au meilleur des moments au classement constructeurs pour, vraisemblablement, s'assurer une dixième place qui semblait quasiment inespérée.

"Vous vous sentez comme si vous aviez vieilli de 100 ans dans ce genre de course, mais ce qui était important, et ce qui s’est passé, est que nous nous sommes concentrés sur la course, avons laissé les autres faire ce qu’ils avaient à dire et nous ne nous sommes pas éloignés de notre idée."

Globalement, même si les progrès restent ténus, la structure d'Hinwil connaît un regain de forme depuis le rachat par Longbow Finance, qui a permis de financer le développement de la C35 et le recrutement de quelques personnes à des postes clés, comme Xevi Pujolar à l'ingénierie, Ruth Buscombe à la stratégie et, plus récemment, Jörg Zander à la direction technique.

"C’est un sentiment fantastique. Nous avons vu les choses s’améliorer depuis que les nouveaux propriétaires sont arrivés, nous avons engagé de bonnes personnes, la performance progresse pas à pas."

"Nous ne pouvions pas faire de miracles, mais c’est comme un miracle, et nous voulons apprécier le moment. Cela démontre que la dynamique est là et que nous serons de retour l’année prochaine."

Article suivant
Liberty aimerait un Grand Prix de nuit à Las Vegas

Article précédent

Liberty aimerait un Grand Prix de nuit à Las Vegas

Article suivant

Hamilton - Un titre "improbable" mais une fierté et une motivation intactes

Hamilton - Un titre "improbable" mais une fierté et une motivation intactes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Brésil
Lieu Autódromo José Carlos Pace
Pilotes Felipe Nasr
Équipes Sauber
Auteur Fabien Gaillard