Sauber rêve de la quatrième place en 2019

partages
commentaires
Sauber rêve de la quatrième place en 2019
Par : Basile Davoine
22 juil. 2018 à 10:53

Le président de Sauber, Pascal Picci, estime que son équipe peut viser la quatrième place du championnat constructeurs l'année prochaine. Un "rêve" assumé.

Charles Leclerc, Sauber C37
Pascal Picci
Charles Leclerc, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber
Simone Resta, directeur technique Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37

L'écurie suisse a réalisé de gros progrès cette saison, sous l'impulsion de son directeur Frédéric Vasseur, arrivé il y a un an à la tête de Sauber. Outre la réorganisation de l'équipe, le fait d'utiliser un moteur Ferrari qui est aujourd'hui considéré comme le meilleur du plateau a également contribué aux bons résultats décrochés récemment.

Alors que le cap de la mi-saison se profile, Sauber occupe la neuvième place du championnat avec 16 points, à trois longueurs seulement de Toro Rosso. Mais pour l'avenir, les dirigeants voient plus haut et estiment qu'aller chercher la quatrième place en 2019 n'est pas forcément irréaliste.

"C'est la première voiture que nous avons pu construire", explique à Motorsport.com Pascal Picci en évoquant l'actuelle C37, première monoplace conçue depuis la reprise en main de Sauber par les actuels propriétaires. "Le concept était fantastique, et vous verrez qu'il y aura des améliorations de plus en plus fréquemment, régulièrement."

"Notre ambition est d'être la quatrième équipe l'année prochaine. C'est notre ambition. Je sais que j'exagère, Fred me le dit ! Mais si l'on n'a pas de rêves, on ne rencontre pas très souvent le succès. Nous allons vraiment à notre rythme, c'était notre vision dès le départ. Nous sommes totalement investis pour réussir, et nous ferons tout pour."

Pour mettre toutes les chances de son côté, Sauber a notamment annoncé que le développement de l'actuelle C37 allait être abandonné pour concentrer rapidement l'essentiel des ressources sur la préparation de la monoplace 2019. Le tout sous la responsabilité de son nouveau directeur technique Simone Resta, ancien de la maison Ferrari.

Lire aussi :

"Un potentiel absolument énorme"

Pascal Picci estime que les progrès réalisés cette année par Sauber ne doivent pas être vus comme une si grande surprise. Il souligne également à quel point l'écurie a souffert en 2017 de la décision prise par l'ancienne directrice, Monisha Kaltenborn, d'utiliser des moteurs Ferrari datés d'un an.

"Les gens oublient que l'année dernière, nous ne pouvions rien développer du tout, car il y avait très peu de temps", argumente le président de Sauber. "Bien sûr, les gens se sont fait une mauvaise opinion avec ce qu'ils ont vu l'an dernier. C'est une grosse différence."

"Était-ce une bonne décision d'avoir un vieux moteur la saison dernière ? Aujourd'hui, avec mon expérience, je suis très clair, c'est terrible erreur que nous avons faite. Tout à coup, nous avons un moteur bien plus performant. Haas fait du bien meilleur travail que nous au niveau des résultats, mais nous continuons à tout faire pour être au rendez-vous."

Depuis le début de l'année, Sauber a également resserré ses liens avec Ferrari, jusqu'à accueillir le protégé de la Scuderia, Charles Leclerc, tout en signant un accord de sponsoring et de partenariat avec Alfa Romeo. Pour autant, toute idée de voir l'équipe de Hinwil passer sous pavillon italien semble exclue.

"Le potentiel est absolument énorme, mais nous sommes une équipe indépendante, avec son propre business model, et il n'y a pas une seule part d'actionnariat qui soit contrôlée ou influencée par nos amis italiens", prévient Pascal Picci. "Nous avons simplement beaucoup d'intérêts convergents. Nous sommes investis à long terme pour cette équipe."

Prochain article Formule 1
Chez Renault, McLaren ou ailleurs, Sainz veut de la stabilité

Previous article

Chez Renault, McLaren ou ailleurs, Sainz veut de la stabilité

Next article

Gasly va partir dernier du GP d'Allemagne

Gasly va partir dernier du GP d'Allemagne
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Sauber
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités