Vettel chez Mercedes : "Ce n'était pas notre destin"

Sebastian Vettel chez Mercedes ? C'était de l'ordre du possible, avec des discussions qui n'ont toutefois jamais pris de l'ampleur entre les deux parties.

Sebastian Vettel, Ferrari, et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1

De Red Bull à Ferrari, Sebastian Vettel a passé pas moins de douze ans au sein de deux des trois écuries les plus victorieuses du XXIe siècle. Le quadruple Champion du monde, qui prendra sa retraite à l'issue du Grand Prix d'Abu Dhabi, a obtenu toutes ses couronnes avec l'écurie au taureau rouge, avant d'échouer immanquablement avec la Scuderia de 2015 à 2020.

Cependant, aurait-il pu rejoindre Mercedes et constituer un duo de légendes avec Lewis Hamilton au sein de l'écurie la plus compétitive du plateau ? "Je ne sais pas, peut-être", répond Vettel dans le podcast Beyond The Grid. "J'ai discuté avec Niki [Lauda, alors président non exécutif de Mercedes AMG F1] à la moitié de la période Ferrari. Ce transfert aurait été une grosse affaire. Lewis [Hamilton] était leur numéro 1, et je ne sais pas s'ils auraient aimé nous avoir tous les deux dans l'équipe. Par ailleurs, ça ne m'intéressait pas énormément à l'époque, car j'étais très engagé vis-à-vis de Ferrari, et c'était mon rêve de réussir avec eux. Nous avons discuté, mais ce n'était pas sérieux."

"Je pense que ça aurait été un grand défi, et je pense que je l'aurais apprécié, mais ce n'était pas notre destin. Comme je l'ai dit, ma priorité était de gagner avec Ferrari, c'était mon objectif. Je ne voulais pas changer d'équipe et gagner avec Mercedes, si vous voyez ce que je veux dire."

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H

Lewis Hamilton (Mercedes) devant Sebastian Vettel (Ferrari) à Austin en 2017

Gagner avec Ferrari, Vettel l'a fait lors de 14 Grands Prix ; seuls Michael Schumacher (72) et Niki Lauda (15) ont remporté davantage de victoires avec la marque au cheval cabré. Cependant, même lors des campagnes 2017 et 2018 où la Scuderia était très compétitive, le titre a finalement échappé à l'Allemand, qui a commis quelques erreurs en seconde partie de saison, au profit de Lewis Hamilton.

"En matière de chiffres et de statistiques, j'ai échoué, car mon objectif était de remporter le titre mondial, et je ne l'ai pas fait", admet Vettel. "En fin de compte, la combinaison Lewis-Mercedes était trop forte pour nous, et nous ne les avons pas battus. Mais plus le temps passe, plus je suis en paix avec moi-même à ce sujet, si vous voyez ce que je veux dire. Lors de cette période, je sais que nous avons fait de belles choses, je sais que nous en avons aussi fait qui n'étaient pas super. En fin de compte, il y avait quelqu'un qui était simplement meilleur à ce moment-là et méritait de gagner. Nous avons été deuxièmes à deux reprises, mais pas de regrets. J'ai appris beaucoup de choses, et il n'y a rien que j'aie envie de changer."

C'est néanmoins avec soulagement que Vettel a quitté Maranello pour rejoindre Aston Martin, au terme d'une saison 2020 catastrophique. L'effet de la pression qui peut régner à la Scuderia plus que partout ailleurs ?

"Je n'ai jamais ressenti cette pression supplémentaire que l'on a quand on est pilote Ferrari. J'ai ressenti la pression supplémentaire de mes propres attentes, de mon envie de réussir là-bas, d'en faire un succès", nuance l'intéressé. "Il y a plein de raisons pour lesquelles ça n'a pas forcément marché. En fin de compte, je suis quand même très content et en paix avec moi-même quant à ce que nous avons accompli. Mais avec le recul, j'ai mis un moment à m'en remettre."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Comment Magnussen a été abandonné en bord de piste au Brésil
Article suivant À quel point Red Bull va souffrir de la réduction des tests aéro

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse