Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Technique - Dans le secret des tunnels de la Ferrari SF71H

Dès sa présentation, la nouvelle Ferrari a piqué la curiosité des observateurs par la présence de deux tunnels moulés dans sa carrosserie et qui émergent le long de sa transmission.

Certains ont avancé l’idée que ce dispositif consistait en un double diffuseur, mais cette suggestion n’était pas exacte.

En réalité, Ferrari travaille sur cette idée de tunnels depuis 2016. Accolés au diffuseur, ils sont destinés à mieux diriger les flux d’air. Après avoir œuvré sur son développement au cours des dernières années, Ferrari a profité de la stabilité du Règlement Technique cette saison pour finaliser ce concept.

L’apparition de ces tunnels correspond à la décision prise par Ferrari d’allonger l’empattement de sa monoplace pour la saison 2018.

Variation d’empattement

Comparaison de la Ferrari SF71H et la SF70H
Comparaison des Ferrari SF71H et SF70H

Photo de: Giorgio Piola

L’empattement est la distance qui sépare l’essieu avant de l’essieu arrière de la voiture. L’an dernier, la Ferrari SF70H disposait d’un net avantage sur les circuits serrés et sinueux, comme Monaco et le Hungaroring. En revanche, elle n’était pas assez bien équilibrée et manquait de fluidité aérodynamique sur les tracés très rapides.

Le fait d’allonger l’empattement de 3550 mm à 3678 mm cette année permet à l’équipe technique de mieux exploiter le glissement de l’air sur les différentes surfaces de la voiture, surtout à l’arrière, ce qui diminue le besoin de munir la voiture d’ailerons à gros appuis, qui génèrent aussi une traînée importante.

Comme le montre le dessin de Giorgio Piola, Ferrari a allongé l’empattement en avaçant les roues avant et en reculant les roues arrière.

En plus d’allonger les pontons, l’équipe technique a aussi déplacé les radiateurs et l’unité de puissance vers l’avant, ce qui libère un peu d’espace à l’arrière. Ceci a permis à l’équipe de bien compartimenter les accessoires à l’arrière de la monoplace.

Ainsi, la carrosserie de la voiture est à la fois très étroite et ultra moulante. En retour, cela permet de mieux exploiter les flux d’air qui se dirigent vers le diffuseur.

C’est ainsi que l'on retrouve ces deux tunnels qui courent le long des parois du caisson de la nouvelle boîte de vitesses. Ces tunnels servent à accélérer les flux d’air, ce qui permet une performance accrue du diffuseur.

Diffuseur de la Ferrari SF71H

On peut constater ici comment Ferrari a moulé le caisson de sa transmission afin de mieux guider les flux d’air.

Le fonctionnement des canaux

Par Matt Somerfield

Ferrari SF16-H
Ferrari SF16-H

Photo de: Giorgio Piola

Les ouïes introduites à l’arrière de la voiture sont alimentées par un chenal dans le fond plat qui existe depuis plusieurs années sur les Ferrari (ci-dessus, la SF16H de 2016).

Plancher de la Ferrari SF71H
Fond plat de la Ferrari SF71H

Photo de: Giorgio Piola

Au lieu se reprendre ce chenal sur la SF71H, Ferrari a préféré l’envelopper d’un élément de carrosserie afin de permettre aux flux d’air de suivre la forme de la "bouteille de coca".

Plancher de la Ferrari SF71H
Fond plat de la Ferrari SF71H

Photo de: Giorgio Piola

Ainsi, l’air se trouve canalisé dans ces tunnels, ce qui permet une meilleure performance et une efficacité dans un plus grand nombre de conditions.

La Scuderia espère donc que sa SF71H procure une performance maximale sur à peu près tous les types de piste, surtout sur les circuits rapides, là où la Mercedes disposait, jusqu’ici, d’un avantage.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Analyse
Tags technique
Topic Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola