Pérez ne pensait pas faire long feu chez Force India

Lorsqu'il a rejoint Force India, Sergio Pérez s'attendait de son propre aveu à ce que ce soit un passage bien temporaire. Il y a finalement passé sept saisons.

Pérez ne pensait pas faire long feu chez Force India

Rares sont les pilotes qui ont pris 135 départs en Grand Prix avec la même écurie, et pourtant, c'est ce qu'a fait Sergio Pérez avec la structure de Silverstone, d'abord appelée Force India, puis Racing Point. Pérez a débarqué dans le Northamptonshire en 2014, après avoir vécu un cauchemar chez McLaren en 2013.

Lire aussi :

Le Mexicain avait alors rejoint une écurie qui avait signé 44 victoires et un total de 116 podiums sur les huit saisons précédentes, mais la McLaren MP4-28 a été revue en profondeur par rapport à la monoplace très réussie de 2012, et ce ne fut pas un succès. De surcroît, Pérez n'a marqué que 49 points face aux 73 de Jenson Button, et il a été remplacé par un protégé de l'équipe, Kevin Magnussen, pour 2014. C'est alors qu'il a trouvé refuge chez Force India…

"J'étais si démotivé par la F1 après McLaren", commente Pérez dans une interview avec la F1. "Ma carrière partait en vrille, j'ai rejoint ce qui était à l'époque un top team, mais les choses ont changé. Je me suis retrouvé sans volant assez tard dans l'année, il n'y avait pas beaucoup d'options. Force India – Vijay à l'époque – est arrivé."

"J'ai toujours pensé que ça allait être du court terme. Nous avons signé un contrat d'un an. Tous les ans, c'était un contrat d'un an, jusqu'au dernier, qui était de trois ans… mais qui n'a finalement duré qu'un an !" Effectivement, Pérez a signé un contrat de trois ans en août 2019, jusqu'à fin 2022… avant d'être finalement remplacé par Sebastian Vettel dès 2021 au sein de l'écurie désormais dénommée Aston Martin.

Le vainqueur du Grand Prix de Bahreïn 2020 ne cache en tout cas pas avoir été frappé par le contraste entre l'envergure de McLaren et les ressources modestes de Force India lorsqu'il a visité l'usine de Silverstone pour la première fois. "J'étais sous le choc !" s'exclame-t-il. "Je suis passé de Woking, dont l'usine est probablement la plus impressionnante dans l'Histoire de la Formule 1, à la moins impressionnante, la plus modeste de la F1. J'étais sous le choc."

"Mais j'ai rencontré les gens qui y étaient, j'ai vu leur passion pour la course. Il n'y avait pas de politique, c'étaient de vrais 'racers'. C'est pourquoi ils ont eu un tel succès malgré leur budget et leurs difficultés. Nous nous sommes vraiment bien entendus, car nous sommes de purs 'racers', nous prenons du plaisir à ce que nous faisons, nous nous sommes bien amusés, nous avons connu des mauvais moments mais d'autres merveilleux." Et grâce à ses performances chez Force India/Racing Point, Pérez a signé chez Red Bull pour 2021, de quoi connaître bien d'autres moments merveilleux.

partages
commentaires
Le Grand Prix F1 à Imola devrait porter un nom inhabituel

Article précédent

Le Grand Prix F1 à Imola devrait porter un nom inhabituel

Article suivant

Une F1 Copersucar d'Emerson Fittipaldi est en vente

Une F1 Copersucar d'Emerson Fittipaldi est en vente
Charger les commentaires