Sergio Pérez quatrième, "c'est le minimum syndical"

Sergio Pérez a beau avoir pris la quatrième place des qualifications à Portimão, il est loin d'être satisfait, n'étant pas à l'aise au volant de la Red Bull RB16B.

Sergio Pérez quatrième, "c'est le minimum syndical"

"Red Bull a deux voitures dans le top 4, c'est quelque chose qui leur manquait avant votre arrivée. C'est un point positif ?" Cette question posée à Sergio Pérez à l'issue des qualifications du Grand Prix du Portugal est symptomatique de la situation dans laquelle se trouvait Red Bull Racing ces deux dernières années, avec Pierre Gasly et Alexander Albon, tous deux incapables de hisser au niveau de leur redoutable coéquipier Max Verstappen.

Lire aussi :

Sixième en Q1, huitième en Q2, Pérez classé quatrième de la dernière phase des qualifications avec un dixième et demi de déficit sur Verstappen, mais ce dernier avait signé un 1'18"209 supprimé pour non-respect des limites de la piste, qui aurait été sept dixièmes plus rapide que la référence établie par le Mexicain. Forcément, ce résultat ne suffit pas à le ravir.

"C'est ainsi que cela devrait être, évidemment", déclare Pérez au sujet de sa présence en deuxième ligne. "Il y a des raisons pour lesquelles ça n'était pas le cas auparavant, mais c'est le minimum syndical. Je ne pense même pas à cet objectif, à là où je dois être ou non, tout ça ne m'importe pas. Je veux juste progresser, et aujourd'hui, bien que la position sur la grille soit bonne, je ne suis pas satisfait de ma maîtrise de la voiture. Aujourd'hui, je n'ai pas été capable de tirer le meilleur de mes pneus, nous avons donc du travail à faire pour comprendre ça."

"Si c'était la fin de l'année, je serais déçu d'être là. Je suis satisfait de la progression, et je sais que c'est juste une question de temps pour comprendre. La Red Bull requiert un style de pilotage différent de celui dont j'avais l'habitude, et on le voit avec les pilotes qui ont changé d'équipe. Ça fait partie du jeu."

Sergio Perez, Red Bull Racing RB16B, dans un bac à graviers

En effet, Pérez n'est toujours pas à l'aise au volant de la RB16B, et ses difficultés sont magnifiées sur l'Autódromo Internacional do Algarve, où ses sensations sont pires qu'à Bahreïn et qu'à Imola ; il est même parti en tête-à-queue dans les graviers en Q1.

"Je me suis fait une frayeur au virage 4 comme Max, j'étais au milieu du virage et j'ai simplement perdu la voiture", révèle le nouveau pilote Red Bull. "On perd un peu de confiance quand ça arrive. Je ne me sentais pas du tout à l'aise avec la voiture."

"C'est un circuit très compliqué, où ne pas avoir la confiance, c'est l'horreur. Les conditions étaient délicates aussi, il va juste falloir passer ça en revue et voir ce que nous pourrons mieux faire la prochaine fois. Mon chrono théorique aurait été vraiment bon, mais je ne suis simplement pas parvenu à faire un bon dernier secteur dans ce run en tendres, il était assez mauvais, et avec le recul, les mediums étaient probablement une meilleure option."

Cependant, à prendre les meilleurs tours théoriques de chaque pilote en qualifications avec les trois secteurs les plus rapides, Pérez ne serait que cinquième sur la grille en 1'18"534, derrière Verstappen (1'18"135) et Norris (1'18"413).

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
La FIA accepte de réexaminer la pénalité de Räikkönen à Imola
Article précédent

La FIA accepte de réexaminer la pénalité de Räikkönen à Imola

Article suivant

Bottas : Le travail sur les pneus m'a permis d'être en pole

Bottas : Le travail sur les pneus m'a permis d'être en pole
Charger les commentaires