Seulement 17e, Alonso "en attendait davantage"

Énorme désillusion pour Fernando Alonso, qualifié en avant-dernière ligne du Grand Prix de Monaco, et pour l'écurie Alpine, qui n'a placé aucun de ses pilotes dans le top 10.

Seulement 17e, Alonso "en attendait davantage"

Pour la première fois de la saison, aucune Alpine n'a décroché son ticket d'entrée pour la Q3. Dans les rues de Monaco, Esteban Ocon a échoué aux portes du top 10 pour une poignée de millièmes tandis que le résultat a été encore plus amer pour son coéquipier, Fernando Alonso, éliminé dès la Q1. Le pilote espagnol s'élancera depuis la neuvième ligne sur la grille de départ, en 17e position.

Lire aussi :

Le trafic de Monaco, toujours très dense au moment des qualifications, n'a pas aidé les affaires du double Champion du monde, mais celui-ci a reconnu que les raisons de cette élimination précoce étaient ailleurs. "C'est toujours un peu le désordre en Q1 avec le trafic et des choses comme ça. Ce n'était pas idéal. Mais je ne pense pas que ce soit pour ça que je ne suis pas en Q2", a-t-il expliqué.

"Nous n'avions pas le rythme. Je pense que nous avons un peu manqué de rythme tout le week-end. Nous attendions davantage de Monaco avec notre package. Mais nous n'avons pas réalisé la performance nécessaire. La course va être difficile en partant de derrière, aucun doute. Mais on verra ce que nous pourrons faire."

Malgré des résultats ne cessant de s'améliorer depuis plusieurs courses, Alpine a subi son premier coup d'arrêt de la saison à Monaco. Cette contre-performance est le signe de "points d'interrogation" à résoudre, selon Alonso, alors que Marcin Budkowski, directeur exécutif, a parlé d'un week-end qui "ne va pas en s'améliorant".

"Nous avions du mal à faire fonctionner les pneus tout le week-end, et je crois que c'est encore le cas pour Fernando", a regretté le Franco-Polonais au micro de Sky. "Si nous savions [quel est le problème], nous l'aurions résolu à ce stade, malheureusement."

Lire aussi :

"C'est ce qui est délicat avec ces pneus : je crois que certaines voitures, comme les Ferrari, semblent juste les faire fonctionner comme il faut, et d'autres sont davantage en difficulté. Assez souvent, celles qui les mettent plus vite en température sont celles qui les usent plus vite aussi. C'est difficile de trouver l'équilibre. Nous essayons de faire ça, nous nous creusons la tête, nous avons fait du simulateur hier dans cette optique. Il est intéressant qu'Esteban, lors de son deuxième run en Q1, ait commencé à sentir l'adhérence des pneus pour la première fois."

partages
commentaires
Gasly "halluciné" par le bond en avant de Ferrari
Article précédent

Gasly "halluciné" par le bond en avant de Ferrari

Article suivant

La victoire est hors de portée pour Hamilton après un "désastre"

La victoire est hors de portée pour Hamilton après un "désastre"
Charger les commentaires