Sixième, Vettel ne panique pas

Il aura beau dire, le Taurillon de l’équipe Red Bull a de quoi voir rouge au terme des qualifications du Grand Prix d’Australie

Il aura beau dire, le Taurillon de l’équipe Red Bull a de quoi voir rouge au terme des qualifications du Grand Prix d’Australie. En pole ces deux dernières années sur la manche d’ouverture de la saison, Vettel ne partira que du sixième rang, surclassé non seulement par les monoplaces de trois teams rivaux, mais également pas son propre coéquipier.

L’Allemand relativise cependant ce départ depuis une position ne le mettant pas à l’abri des incidents de début de course, insistant sur le fait qu’il ne s’agit pas là d’une surprise :

Ce sont les premières qualifications de la saison, et il est toujours difficile de savoir à quoi s’attendre. Je pense que ce que nous avons vu aujourd’hui n’est pas surprenant : les temps au tour étaient proches”, détaille-t-il ainsi.

Le rythme moins véloce de la RB8 est apparu évident lors de la Q2, Vettel se trouvant englué dans les 6 pilotes évoluant dans deux dixièmes de seconde seulement.

Cela aurait pû être mieux d’une ou deux places, mais c’est comme ça”, soupire Vettel. “Nous ne partons pas de la première ligne, mais pas de la dernière non plus, et c’est donc loin d’être désastreux. Nous savons ce que nous devons faire ; il y a une longue course devant nous et beaucoup d’opportunités, j’ai hâte d’y être”.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités