SLF, Navarra: Fin de saison et l’heure des (positifs) bilans pour le FC Girondins de Bordeaux

Pour sa première saison disputée dans le monde du sport automobile en SuperLeague Formula, le FC Girondins de Bordeaux conclue l’exercice 2010 à la 11ème position du championnat, sur 19 inscrits, devant l’OL -l’autre représentant de Ligue 1-, qui...

Pour sa première saison disputée dans le monde du sport automobile en SuperLeague Formula, le FC Girondins de Bordeaux conclue l’exercice 2010 à la 11ème position du championnat, sur 19 inscrits, devant l’OL -l’autre représentant de Ligue 1-, qui se classe avant-dernier, en dépit d’une année d’expérience supplémentaire, et juste derrière le FC Liverpool, Champion 2009.

N’ayant pas participé à toutes les courses de la saison, et ayant eu quatre pilotes différents et deux équipes pour préparer la monoplace, le club n’a pas connu une saison facile et revient pourtant avec un joli palmarès, dont une première victoire et une belle collection de podiums signés Franck Montagny et Franck Perera. Les Girondins ont donc été cette saison le porte-drapeau de la France dans ce milieu extrêmement compétitif, et ont montré être capables de s’adapter à un environnement nouveau dans lequel rien n’est laissé au hasard. Pour preuve, le plateau extrêmement relevé, régulièrement considéré par les pilotes par ce qui se fait de mieux en compétition monoplaces sous la Formule 1. Formule 1, que Montagny comme Perera connaissent pour y avoir officié, chez Renault et Toyota. Au final, ce sont 372 points qui récompensent le club, qui a devant lui une marge de progression encore énorme.

Un potentiel réellement affiché en cette fin de saison par Franck Perera, qui fut à n’en pas douter l’un des hommes en forme avec le FCGB. Pour ses trois week-ends de course avec les Girondins, et un long déplacement en Chine, Perera s’est à chaque fois qualifié pour la convoitée SuperFinale, récompensant en espèces sonnantes et trébuchantes les six meilleurs performers de chaque week-end. Seuls les candidats au titre furent capables de réaliser une telle prouesse avec régularité. "C’est vrai qu’on a fait de jolis résultats dès le départ", confirme Perera. "Avec les belles performances en Chine, je crois même que l’on peut dire que l’on a été les plus solides et réguliers. Nous n’avions pas l’enjeu du titre, alors nous avons pu travailler sereinement. J’ai quand même été épaté par les gars en Chine ! Ils ont travaillé une nuit entière pour monter la voiture, sans dormir ! C’était impressionnant, tout le monde était très fatigué, mais ils ont continué à travailler d’arrache-pied pour être prêts à mettre la voiture en piste. J’ai la même envie de me battre, et je suis hyper motivé. Après avoir connu des hauts dans ma carrière de pilote, j’ai aussi appris ce que c’était que d’être dans le creux de la vague, et Bordeaux me donne beaucoup d’ambition pour remonter au top. D’un camion rempli de pièces en vrac, ils ont construit une auto capable de me permettre de me battre pour la victoire, qui m’a uniquement échappé à cause d’une pénalité sportive".

Avec une moyenne similaire à celle de ces trois courses sur l’intégralité de la saison, le FCGB sait que figurer parmi les trois premiers clubs au championnat est possible. C’est pourquoi Perera ne tarit pas d’éloges à propos du FCGB, lui qui a connu de nombreuses équipes dans la discipline: "D’emblée, l’accueil de Bordeaux a été super", sourie Franck, qui reprend goût à la compétition grâce à son bon feeling de la voiture et du team. "J’ai été invité à rencontrer les dirigeants du club et les joueurs ; tout le monde s’est montré extrêmement amical et impliqué dans le projet SuperLeague Formula. Je suis content de faire ces résultats avec un club Français, car cela signifie toujours plus de représenter des couleurs auxquelles on est cher. Je souhaite vraiment remercier l’équipe et toutes les personnes qui se sont impliquées dans le programme SuperLeague du FCGB et je crois que nos résultats récents ont montré à quel point nous sommes devenus une équipe avec laquelle compter. Je n’ai qu’une envie, c’est de disputer une saison pleine l’an prochain avec le club, car je sais que nous avons ce qu’il faut pour faire de grandes choses et nous battre devant pendant toute la saison. J’en viens à regretter de ne pas avoir pu piloter pour Bordeaux avant, car l’ambiance et le sérieux de l’équipe sont vraiment enthousiasmants, et les résultats ne se sont pas faits attendre".

Lauréat 2010, le club Belge du RSC Anderlecht, n’a qu’à bien se tenir ! Avec un duo fonctionnant si bien d’entrée de jeu, il est permis d’être très ambitieux pour une seconde saison de montée en puissance. La chance n’a pas sa place en sport automobile, et la rigueur affichée par Bordeaux pour sa première saison dans la discipline en fait un adversaire respecté et redouté pour le futur…

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Franck Montagny , Franck Perera
Type d'article Actualités